“Interdire de fumer à la maison” pour changer les mentalités

“Interdire de fumer à la maison” pour changer les mentalités

Prise de conscience? C’est ce que veut provoquer le docteur Roland Lemye, du syndicat des médecins de Belgique, en proposant d’interdire de fumer dans l’environnement où se trouvent les enfants. La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, le rejoint sur l’interdiction de fumer dans la voiture. Elle s’était d’ailleurs déjà penchée sur la question en janvier.

Interdire aux parents de fumer en présence de leurs enfants? Le docteur Roland Lemye, vice-président de l’Absym, le syndicat des médecins de Belgique, s’est expliqué dans une lettre publiée par nos confrères du journal Le Soir. Il souhaite faire changer les mentalités. Il est rejoint par la ministre de la Santé publique qui est favorable à une interdiction de fumer en présence de mineurs dans la voiture. Elle s’était d’ailleurs déjà exprimée à ce sujet, avant la publication de la lettre du médecin.

Comment appliquer cette interdiction?

Pour le docteur Roland Lemye, l’interdiction est justifiée car les enfants ont le droit “de vivre dans un environnement sans tabac” et devrait s’étendre à la voiture si les enfants y sont transportés. Mais en pratique, l’interdiction semble difficile à appliquer dans le cadre privé d’une maison. Mais à entendre le docteur Lemye, il s’agirait surtout de provoquer une prise de conscience.

Il s’exprime ainsi dans sa lettre publiée par Le Soir. “Sincèrement, je ne pense pas qu’il faille mettre les parents en prison ni même leur appliquer une amende s’ils enfreignent cette règle. L’idée est plutôt de persuader en expliquant quelle nocivité le tabac implique pour les enfants. Dans le passé, on a pu exprimer les mêmes doutes sur l’efficacité de l’interdiction des châtiments corporels. Cette interdiction vaut aussi bien pour le cadre familial privé. Même si on sait que l’objectif n’est pas atteint à 100 %, cette interdiction a eu un impact majeur sur la société.” Le docteur est ferme. S’il ne reste plus de pièce dans lesquelles fumer, le fumeur “n’a qu’à aller fumer dehors”.

Interdire de fumer en voiture en présence d’enfants

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD) n’a pas encore réagi aux propos du docteur Roland Lemye mais elle s’est déjà penchée sur la question d’interdire de fumer en voiture en présence de mineurs par le passé. C’est la Coalition nationale contre le tabac qui a demandé au gouvernement fédéral de concrétiser cette interdiction, à l’instar de la législation déjà en vigueur en France, en Angleterre et au Pays de Galles. En octobre dernier, la ministre déclarait sur son site internet que “la cible des actions anti-tabac actuellement entreprises [était] les enfants et les jeunes de moins de 18 ans.” La ministre a ajouté que “la mise en oeuvre de la dernière directive européenne relative au tabac dans la législation belge est actuellement en cours.” L’objectif de Maggie De Block: “toucher les enfants et jeunes n’ayant pas encore commencé à fumer et les convaincre de ne pas sauter le pas”.

Dans le courant du mois de janvier, Maggie De Block disait être contre l’idée de faire passer de 16 à 18 ans l’âge à partir duquel il est autorisé d’acheter des cigarettes. Pourtant, cette norme est en vigueur dans la plupart des pays européens. Pour la ministre de la Santé publique, il faut faire la différence entre un enfant assis à l’arrière de la voiture de ses parents qui fument et un adolescent qui fume volontairement. La ministre ne comprend pas ses collègues qui sont en faveur de cette proposition. “Vous êtes assez âgés pour avoir des relations sexuelles à 16 ans mais vous êtes trop jeunes pour acheter des cigarettes? Allez, allez”, s’est-elle exclamée. Cette sortie lui a valu les moqueries de Wouter Beke, président du CD&V, sur Twitter.

Source: Le Soir, HLN.be

Articles sponsorisés