Il y a tout de même des bonnes nouvelles: le trou de la couche d’ozone se résorbe

EPA

L’année 2020 est, pour l’instant, loin d’être un grand cru. Les catastrophe s’enchaînent partout dans le monde avec en point d’orgue, cette pandémie du Covid-19. Mais il y a tout même une bonne nouvelle et elle est d’ordre environnementale: le trou dans la couche d’ozone se résorbe.

Avec cette crise sanitaire qui touche la planète, les questions environnementales semblent avoir été reléguées au second plan. L’économie tourne au ralenti dans plusieurs pays du monde et cela semble amener une baisse des émissions de CO2. Mais il y a une autre bonne nouvelle pour le climat: le trou de la couche d’ozone se porte bien. Mieux: il se résorbe.

C’est en tout cas la conclusion d’un article publié ce 25 mars dans la célèbre revue Nature. En fait, le fameux trou n’a jamais été aussi petit depuis que l’Humanité l’a créé et ça, c’est grâce aux multiples actions internationales. La couche d’ozone est bel et bien en train de se reconstituer, principalement dans l’hémisphère sud du globe. Les cinq auteurs, et chercheurs, de l’article expliquent qu’un tel phénomène est possible grâce à la mise en oeuvre du protocole de Montréal mis en place en 1989 visant à à réduire drastiquement puis totalement les émissions de toutes les substances toxiques responsables du trou dans la couche d’ozone.

Australian Academy of Science

Beaucoup de changements sur la planète

Mais ce n’est pas tout, les chercheurs ont fait d’autres observations encourageantes. Ces observations portent sur les courants d’air chaud dans l’hémisphère sud de la planète. Au 20ème siècle, ces courants appelés “jet streams” convergeaient tous vers le pôle sud, ce qui provoquait évidemment des mutations climatiques comme des changements dans les courants océaniques, des tempêtes et de grosses précipitations. Tout ça n’était évidemment pas naturel et causé par la dégradation de la couche d’ozone.

Pour prendre un exemple récent: les énormes sécheresses en Australie qui ont causé ces terribles incendies au début de l’année sont causées par cette ces fuites des jet streams vers le pôle Sud. Mais depuis quelques années, les chercheurs remarquent que ces courants d’air chaud reprennent petit à petit leur direction d’origine. Un retour à la normal qui est, selon les auteurs de l’article, en corrélation avec le début de la « guérison » de la couche d’ozone.

C’est en analysant des données de 1980 à 2017 et en créant des centaines de simulations que les chercheurs sont arrivés à cette conclusion. Et ce n’est pas une coïncidence ou quelques chose de naturel: ce retour à la normal est clairement dû aux actions mises en place par le protocole de Montréal. Cela prouve que quand ils les veulent vraiment, les humains sont capables de mettre en place des actions concrète pour le climat. Mais attention avant de vraiment t’emballer: il faudra encore quelques décennies avant que le trou de la couche d’ozone soit vraiment résorbé à 100% pour la simple et bonne raison que les substances nocives à la couche d’ozone ont une longue durée de vie et sont encore présentes dans l’atmosphère.

Articles sponsorisés