“Il est temps que les femmes conduisent leur propre voiture”: un prince d’Arabie saoudite veut rompre avec la tradition

“Il est temps que les femmes conduisent leur propre voiture”: un prince d’Arabie saoudite veut rompre avec la tradition

L’Arabie saoudite est le seul pays au monde qui interdit les femmes de conduire. Le Prince Al-Walid ben Talal veut faire changer les choses: il a demandé sur son compte Twitter que les femmes “commencent à conduire leur propre voiture”. Mais à lui seul, arrivera-t-il à faire bouger les choses?

L’Arabie saoudite n’est pas vraiment le paradis sur terre pour les femmes. Ses lois ont entraîné la mise en place d’un système patriarcal dans lequel les femmes doivent demander l’autorisation de leur mari pour faire de nombreuses choses. Par exemple, elles ne peuvent conduire leur propre voiture et doivent se déplacer avec un chauffeur. Mais un membre de la famille royal veut rompre avec cette tradition.

En septembre, des dizaines de milliers de femmes avaient déjà signé une pétition pour réclamer plusieurs droits: faire des études, voyager, se maquiller, choisir leurs habits… Et mardi, le Prince Al-Walid ben Talal a posté une lettre sur Twitter pour réclamer, lui aussi, plus de droits pour les Saoudiennes. Pour lui, “il est grand temps que les femmes commencent à conduire leur propre voiture”. Car l’Arabie saoudite est le seul pays à ne pas avoir changé sa loi à ce sujet.

Des avantages économiques à pouvoir conduire

Dans son communiqué, Al-Walid explique: “Empêcher une femme de conduire est aujourd’hui une question de droit semblable à celui de recevoir une identité individuelle ou d’avoir accès à l’éducation”. Pour lui, cette interdiction est un “acte injuste beaucoup plus restrictif que ce qui est légalement permis dans la religion musulmane”.

En plus, cette mesure a un coût économique énorme. Parce que les Saoudiennes célibataires dépendent de chauffeurs privés étrangers ou de taxis pour se déplacer. Si elles sont mariées, leur époux doivent s’absenter de leur travail pour les conduire et donc cela diminue la productivité dans le pays.

Malheureusement, ce n’est pour l’instant qu’une opinion. Al-Walid défend depuis longtemps les droits des femmes dans le pays mais n’a aucun mandat politique pour changer la loi…

epa

Articles sponsorisés