Ignoble: à Paris, la police confisque leurs couvertures aux migrants dans les rues alors qu’il gèle

Ignoble: à Paris, la police confisque leurs couvertures aux migrants dans les rues alors qu’il gèle

La police harcèle les migrants qui se trouvent dans les rues de Paris, c’est ce que rapporte Médecins Sans Frontières (MSF). L’ONG dénonce des pratiques inhumaines comme la confiscation de leurs couvertures ou l’interdiction de s’asseoir quand ils font la file pour obtenir une place dans un centre d’accueil.

Ces pratiques ignobles se produisent à Porte de la Chapelle, dans le Nord de la capitale française. C’est là que s’est établi un centre d’accueil pour les migrants, le Centre Humanitaire de Paris. L’endroit accueille et oriente les migrants dans leurs démarches. Tous les jours entre 100 et 150 personnes essaient d’y rentrer mais beaucoup doivent attendre plusieurs jours avant d’obtenir une place.

Depuis le mois de juin, une trentaine de campements ont été démantelés. C’est vraiment la galère pour les migrants qui tentent de trouver un abri.

Mettre à l’abri les personnes vulnérables?

Le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a répondu à ces accusations sur LCI. Il a, bien évidemment, défendu les policiers: « Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers ». « Ce que font aujourd’hui les forces de police, c’est de la mise à l’abri de personnes qui sont vulnérables », pour le ministre.

En leur prenant leurs couvertures certainement…

En hypothermie

Les pratiques que dénoncent MSF font froid dans le dos. Des policiers de Paris auraient pris pour les cible les migrants et leur feraient vivre un véritable cauchemar. Ils leur confisquent leurs couvertures sans raison alors que les températures sont polaires pour le moment. Ils les empêchent aussi de s’asseoir pendant qu’ils font la file, en attente d’une place dans le Centre Humanitaire de Paris. Résultat MSF a dû prendre en charge huit personnes qui étaient proches de l’hypothermie. L’ONG a été alertée par des collectifs qui viennent en aide aux migrants.

« En plein cœur de l’hiver, les pouvoirs publics devraient être en mesure de fournir des places d’hébergement à tous les migrants, en urgence. Au lieu de quoi les forces de l’ordre confisquent leurs couvertures ou les obligent à rester debout dans la file d’attente du centre pendant des heures, dans une tentative dérisoire de soustraire cette population en détresse à la vue du public. Ce déni de réalité par la violence doit cesser », commente Corinne Torre, Coordinatrice de Programmes à MSF.

Mettre à l’abri les personnes vulnérables?

Le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a répondu à ces accusations sur LCI. Il a, bien évidemment, défendu les policiers: « Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers ». « Ce que font aujourd’hui les forces de police, c’est de la mise à l’abri de personnes qui sont vulnérables », pour le ministre.

En leur prenant leurs couvertures certainement…

Articles sponsorisés