Greta Thunberg répond aux haters qui l’accusent d’être la marionnette des lobbys verts

Greta Thunberg répond aux haters qui l’accusent d’être la marionnette des lobbys verts

« Trop jeune », « Asperger », « manipulée », « marionnette des lobbys écolo »… Greta Thunberg a eu droit à toutes sortes d’attaques haineuses. Certaines critiques venaient de climatosceptiques durs, d’autres de personnes agacées par son comportement. La jeune Suédoise a pris le temps de leur répondre.

Le mouvement School Strike For Climate, qui a poussé dernièrement des milliers d’étudiants du monde entier à brosser les cours pour dénoncer l’urgence climatique, est né en Suède. Derrière lui, on trouve une personne déterminée: Greta Thunberg. Depuis de nombreux mois, cette adolescente rate les cours du vendredi pour manifester.

Aujourd’hui, Thunberg a l’oreille des plus puissants. On l’a vue à Davos, à la Cop24 et sur toutes les télévisions. Mais pareil impact dérange. Et Greta doit se charrier son lot de haters. Certains l’accusent d’être la partie émergée d’un iceberg écolo-green, la porte-parole créée de toutes pièces par des ONG. D’autres moquent son syndrome d’Asperger. La plupart refuse de croire qu’à 16 ans, elle soit capable de faire tout ce qu’elle fait toute seule. La militante a décidé de leur répondre dans un long statut Facebook.

Du concours à l’action

Après avoir gagné un concours d’écriture sur l’environnement, Thunberg a été contacté par des activistes écologistes, explique-t-elle. Avec elle, ils ont réfléchi à des moyens d’action pour conscientiser l’opinion mais ils n’ont rien mis en place. Forte de ces idées, Thunberg a préféré agir seule et de son côté. C’est ainsi qu’elle a développé l’idée de sauter les cours.

La Suédoise ajoute n’avoir plus participé à des réunions avec ces militants. À ceux qui l’accusent d’être le jouet de ses parents, elle précise que c’est le contraire: ces derniers ne souhaitaient pas la voir agir de la sorte. Son premier stand-up devant le Parlement suédois, repartagé sur Twitter et Instagram, lui a directement donné une visibilité importante. C’est ainsi que des entrepreneurs sont venus la voir et lui témoigner leur soutien.

epa

Payée? Non

« Beaucoup de gens aiment faire circuler des rumeurs disant que des gens sont « derrière moi » ou que je suis « payé » ou « utilisé » pour faire ce que je fais. Mais il n’y a personne « derrière » moi sauf moi-même. Mes parents étaient aussi éloignés que possible des militants climatiques avant que je ne les sensibilise à la situation », poursuit-elle.

« Je ne fais partie d’aucune organisation. Je soutiens et coopère parfois avec plusieurs ONG qui travaillent avec le climat et l’environnement. Mais je suis absolument indépendante et je ne représente que moi-même. Et je fais ce que je fais complètement gratuitement, je n’ai reçu aucune somme d’argent, ni aucune promesse de paiements futurs. Et personne non plus n’a aucun lien avec moi ou ma famille. »

Asperger

Thunberg est parfois moquée pour être atteint du syndrome d’Asperger. Elle affirme que ce trouble du comportement qui affecte sa capacité à sociabiliser est ce qui l’a poussé à agir seule. N’étant pas très à l’aise avec les conventions sociales, elle a préféré ne pas rejoindre une organisation. Et c’est ses « non-actions » devant les institutions politiques, enfantée par un caractère non « normal », qui a inspiré des milliers de gens.

Parmi eux, on retrouve la propre famille de Thunberg. « Ma famille a écrit un livre sur notre famille et sur la façon dont ma soeur Beata et moi avons influencé la façon dont mes parents pensent et voient le monde, en particulier en ce qui concerne le climat », raconte-elle.

Gamine plutôt adulte

Certes, aujourd’hui, Greta n’est plus seule. Et il lui arrive fréquemment de demander de l’aide pour relire ses discours afin d’être sûre qu’aucune erreur factuelle ne s’y soit glissée. Mais la plupart du temps, elle agit de son propre chef. Et à ceux qui déclare qu’elle n’est qu’une gamine et qu’il ne faudrait pas écouter les gamines, elle les invite à écouter les scientifiques.

« Je ne suis qu’un messager, et pourtant je reçois toute cette haine. Je ne dis rien de nouveau, je ne fais que dire ce que les scientifiques ont répété pendant des décennies. Et je suis d’accord avec vous, je suis trop jeune pour faire cela. Nous, les enfants, ne devrions pas avoir à faire cela. Mais comme presque personne ne fait rien et que notre avenir est menacé, nous estimons que nous devons continuer. »


Articles sponsorisés