G7 et premières dames: nouvelle illustration que le monde est dirigé par des hommes

epa

Quand Angela Merkel quittera la politique, ils seront seuls à table du G7. En attendant, les premières dames font la cueillette des piments d’Espelette.

Mieux vaut une image que mille mots. Parfois, l’adage se vérifie. On en a eu une nouvelle illustration lors du G7, qui rassemble les principales puissances occidentales ce week-end et ce début de semaine à Biarritz, en France. Quand Trump et Macron jouaient les pompiers-pyromanes, les premières dames se donnaient rendez-vous à Espelette. Au programme, découverte de la culture basque et de l’un de ses produits phares: le piment d’Espelette.

epa

C’est Brigitte Macron qui a personnellement préparé le programme des premières dames. Outre les piments, elles ont pu goûter aux gâteaux basques, à la Sangria ou encore assister à une partie de pelote.

Mélania Trump, Małgorzata Tusk, Akie Abe, Sophie Grégoire (Trudeau), elles étaient toutes présentes ce dimanche sauf, ironie de l’histoire, un certain Joachim Sauer, époux d’Angela Merkel.

Si le Maire d’Espelette, Jean-Marie Iputcha semble aux anges, les critiques s’abattent sur les réseaux sociaux contre ce nouveau témoignage du pouvoir patriarcal.

Pour être de bons comptes, les premières dames vont rencontrer ce lundi des associations œuvrant pour la préservation des mers. Mais elles doivent aussi voir des… champions de surf. Les photographes doivent déjà se montrer impatients. Ils vont pouvoir s’en donner à cœur joie.

Et ce G7?

De ces rencontres, rien ne devrait ressortir de très concret. Mais à ce niveau là, elles font jeu égal avec leur mari. Il sera bien difficile pour le président Macron d’annoncer de grandes mesures à l’échelle de la planète. Malgré son coup de force d’inviter le ministre des affaires étrangères iranien. Trump ne semble pas vouloir discuter du dossier sur le nucléaire iranien.

La volonté du président français est aussi d’agir de manière urgente sur les incendies en Amazonie. Mais pour l’heure, il ne récolte que des insultes de la part du président brésilien Bolsonaro. Et là, pour le coup, Brigitte Macron n’est pas épargnée. Le président brésilien a notamment réagi à un post Facebook qui comparait le physique de sa femme de 37 ans à celui de Brigitte Macron, avec le commentaire suivant: «Vous comprenez maintenant pourquoi Macron persécute Bolsonaro?». Ce à quoi le président brésilien a ajouté: “N’humilie pas le type – MDR.”

Bien, bien. En attendant, certains médias continuent à commenter les robes des premières dames.

epa

Articles sponsorisés