Fraude fiscale pour le djihad: « des milliards qui échappent aux impôts vont aux terroristes »

Fraude fiscale pour le djihad: « des milliards qui échappent aux impôts vont aux terroristes »

Le programme de télévision néerlandais Zembla a sorti un rapport dimanche qui révèle comment des entreprises européennes ont réussi à ne pas payer des milliards d’euros à la TVA et comment cet argent semble avoir été utilisé pour financer des attaques terroristes.

Fin 2010. Frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan. Les troupes américaines traquent Oussama Ben Laden. Près du village où le chef d’Al-Qaïda sera abattu quelques mois plus tard, ils découvrent un abri avec des documents. Une lettre révèle l’existence d’un vaste réseau de fraude italienne, avec des ramifications en Europe et aux Pays-Bas. Le ministère public italien a alors lancé une enquête.

Les fraudeurs présumés, accusés de fraude à la TVA, auraient volé plus d’un milliard d’euros aux contribuables. Et dans ce réseau criminel, on trouvait plusieurs entreprises néerlandaises.

CO2

Les entreprises ont racheté des certificats d’émission de CO2 de 2008 à 2011. Elles n’ont pas payé la TVA aux autorités fiscales et se sont ainsi fait des milliards d’économie. Selon des tribunaux allemands et italiens, il existe des preuves qui montrent que l’argent a été aux terroristes.

En 2009, les Pays-Bas ont bloqué toute possibilité de frauder le fisc avec des trafic de CO2. Mais ça a seulement entraîné plus de fraudes. Tout ça est passé au travers d’une entreprise hollandaise dont les transactions paraissaient légales, même qui en réalité bravait l’interdit. La fraude était super bien camouflée et les Pays-Bas sont devenus l’endroit parfait pour cacher ces activités criminelles.

Zembla a dressé la liste d’une quarantaine d’organisations impliquées dans cette fraude à la TVA.

Cinq à dix milliards

Le procureur de Cologne enquête actuellement sur la fraude. Il confirme l’existence des preuves du financement du terrorisme, mais il n’a pas voulu donner plus d’explications afin de ne pas compromettre l’enquête. Zembla a tout de même lâché le nom de deux entreprises néerlandaises. Les propriétaires de ces entreprises nient toute implication dans la fraude.

Les experts disent que cette fraude avec des certificats de CO2 a cessé maintenant, mais que la fraude à la TVA continue d’exister avec d’autres produits. Au total, les taxes impayées sur le CO2 représentent une perte de 5 à 10 milliards d’euros.

Articles sponsorisés