François Fillon est le grand vainqueur de la primaire de la droite à 66,5% et met une énorme claque à Alain Juppé

François Fillon est le grand vainqueur de la primaire de la droite à 66,5% et met une énorme claque à Alain Juppé

C’est la déculottée totale pour Alain Juppé. François Fillon est le grand vainqueur de la primaire de la droite à 66,5% contre 33,5%. Il sera le candidat officiel aux élections présidentielles françaises de mai 2017. C’est en tout cas ce qu’indique la majorité des bulletins dépouillés. Les Français ont donc fait le choix de la droite “décomplexée”.

Ce n’est pas une grande surprise, François Fillon avait déjà remporté le premier tour de la primaire de la droite et du centre et était le grand favori pour ce second tour. Selon les résultats quasi officiels, il est le grand vainqueur à 66,5% contre 33,5% pour son rival Alain Juppé. Il sera donc le candidat de droite aux élections présidentielles françaises qui auront lieu les 23 avril et 7 mai prochain. Et il y a de grandes chances qu’il les remporte aussi, étant donnée la désunion de la gauche.

À la place du libéral social de droite modérée (Juppé), les Français ont préféré l’hyper libéral conservateur de la droite décomplexée. Ils ont fait ce choix du nord au sud et d’ouest en est. La victoire de Fillon est écrasante et nette dans quasiment tous les départements, à part la Gironde. À Sablé-sur-Sarthe, son fief, les habitants ont voté à plus de 95% pour lui.

“Ce quinquennat qui s’achève a été pathétique. Il va falloir y mettre un terme”

À peine élu à la primaire de droite, Fillon a déjà tenu un discours qui annonce sa couleur. Il a d’abord remercié Nicolas Sarkozy et salué Alain Juppé. Puis, il a déclaré: “La victoire me revient et c’est une victoire de fond bâtie sur des convictions […] J’ai maintenant le devoir de convaincre tout un pays”.

Son projet très libéral est ambitieux, il veut que “la France devienne la première puissance européenne dans dix ans”. Il a aussi taclé l’actuel Président de la République François Hollande: “Ce quinquennat qui s’achève a été pathétique. Il va falloir y mettre un terme et repartir de l’avant comme nous ne l’avons jamais fait depuis 30 ans”.

Soutenu par Sarkozy et finalement Juppé

Dès le départ, tous les candidats du centre et de la droite s’étaient mis d’accord pour soutenir le vainqueur final, qui qu’il soit. Fillon a donc reçu le soutien de Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson et Nicolas Sarkozy qui appellent à se rassembler autour de lui.

Le grand perdant, Alain Juppé, lui a également apporté son soutien: “Je félicite François Fillon pour sa large victoire […] Je lui apporte mon soutien”. Il s’était très vite déclaré perdant mais “gardait la tête haute”. Au moment de déposer son bulletin ce matin, il avait dénoncé une “campagne calomnieuse dégueulasse” à son encontre. Mais il a toujours affirmé n’avoir aucun regret: “J’ai défendu mes idées jusqu’au bout”.

Ça promet déjà sa campagne à côté de Le Pen

Pour la course à la présidence de 2017, Fillon se retrouvera aux côtés de Marine Le Pen, la candidate de l’extrême droite. Elle a déjà déclaré ironiquement avoir “toujours pensé” qu’il “serait un très bon candidat” face à elle au second tour de la présidentielle. Pour elle, il est “le porte-parole de ce que l’Union européenne a produit de pire en termes d’idéologie”. Il a “le pire programme européiste qui n’ait jamais existé”. Et “jamais aucun candidat n’est allé aussi loin dans la soumission aux exigences ultralibérales de l’Union européenne”.

De son côté, Fillon a promis de travailler dès demain pour “restaurer la confiance autour de son programme”. Pour lui: “La gauche, c’est l’échec, l’extrême droite, c’est la faillite. Ça risque de bien chauffer entre eux pendant la campagne.

La gauche avait essayé d’inverser la tendance

La participation des électeurs au second tour a été nettement plus importante que celle du premier tour. Les 10.228 bureaux de vote ont ouvert entre 8 heures et 19 heures. À 17 heures, plus de 2,9 millions d’électeurs étaient déjà passés dans 78% des bureaux. C’est ce qu’avait annoncé Thierry Solère, le président de la commission d’organisation du scrutin. C’est 4,5% de plus qu’au premier tour.

Plusieurs journalistes français ont souligné que de nombreux électeurs de gauche s’étaient rendus aux urnes pour augmenter les chances de victoire d’Alain Juppé. C’est une explication plausible à ce record mais ça n’a visiblement pas été suffisant.

Face à ce score écrasant, la gauche craint déjà “un scénario noir”. Elle appelle ses électeurs au rassemblement pour éviter l’élimination dès le premier tour des élections…

Articles sponsorisés