En bref: les 6 enseignements des élections fédérales et régionales

En bref: les 6 enseignements des élections fédérales et régionales

Besoin d’être mis au courant des grandes lignes des élections d’hier soir? Il est possible que vous ayez décidé de couper tout moyen de communication pour ne pas être submergé avant total dépouillement des votes. On est là pour aider. Voici les 6 enseignements des élections fédérales et régionales, indispensable pour entamer la suite de l’actualité politique belge.

Ecolo en progression, mais pas autant qu’on s’y attendait

On les attendait au tournant. Après des semaines de manifestations pour le climat et un focus sur les mesures écologiques durant toute la campagne électorale, Ecolo et Groen signent une avancée, certes, mais faible comparée aux pronostics. En termes de sièges à La Chambre, Ecolo en gagne 7, ce qui le classe 4ème parti au niveau fédéral.

PS toujours premier, mais en perte partout

Le PS conserve sa place en tant que premier parti en Wallonie et à Bruxelles, malgré une perte flagrante dans les votes. On compte une perte de 5 sièges à la Chambre au niveau fédéral, ainsi qu’une perte de 7 sièges au niveau Wallon et une perte de 4 sièges au parlement Bruxellois.

Le MR loin de s’effondrer

Tout comme la progression d’Ecolo, c’était une annonce qu’on attendait: l’effondrement du parti de Charles Michel. Contre tout pronostic, le MR se porte bien, malgré, tout comme le PS, une perte à tous les niveaux. Au niveau fédéral, la droite traditionnelle perd 6 sièges et se retrouve détrônée par le Vlaams Belang en tant que troisième parti de Belgique. À Bruxelles, il en perd 5 et c’est cette fois-ci Ecolo qui lui subtilise sa place de deuxième parti de la région bruxelloise. Enfin, en Wallonie, il perd également 5 sièges et se retrouve au coude à coude avec le PS, avec seulement 3 sièges de différence.

Recul des partis traditionnels

Tous les partis traditionnels sont en perte. Qu’il s’agisse du PS, MR ou du CDH, aucun n’a su augmenter son nombre de sièges, bien au contraire. Entre populisme et écologie, malgré une place importante conservée, et si on parle en termes de progression, les partis traditionnels sont les perdants de ces élections régionales et fédérales?

Les grandes progressions du PTB et du Vlaams Belang

Un dimanche noir et fulgurant en Flandres pour un timide – mais assuré – dimanche PTB en Wallonie. La Belgique se divise. Le PTB gagne en tout 8 sièges au Parlement Wallon et se retrouve à égalité avec le CDH, chacun accumulant 10 places dans l’hémicycle. L’extrême gauche l’emporte cependant sur le centre démocrate à Bruxelles, en passant de 4 à 10 sièges. Au niveau fédéral, on parle d’un gain de 12 sièges avec l’alliance PTB/PVDA.

Quant au Vlaams Belang, si vous n’avez pas entendu parlé de leurs résultats d’hier, c’est effectivement que vous avez coupé toute forme de communication pendant la soirée. Le VB devient deuxième parti flamand avec un passage de 6 à 23 sièges. Au niveau fédéral, ils deviennent troisième parti de Belgique, juste derrière la N-VA et le PS, avec un gain de 15 sièges.

Nouveau record à venir pour une Belgique sans gouvernement?

Si tous ces enseignements devaient se résumer à un seul, c’est celui-ci: la Belgique va-t-elle exploser son record de 541 jours sans gouvernement? Entre la montée d’un parti habituellement mis à l’écart par le cordon sanitaire – accord visant à exclure tout parti d’extrême droite de la majorité politique – et la perte en puissance des partis traditionnels, la coalition se promet d’être difficile à former. Pour arriver aux 76 sièges nécessaires à la Chambre pour créer une majorité, ça ne va pas être une mince affaire.

Articles sponsorisés