Eh bien il ne manquait  plus que ça: Donald Trump veut plus de bombes nucléaires

Eh bien il ne manquait  plus que ça: Donald Trump veut plus de bombes nucléaires

Donald Trump a confirmé sa volonté d’étendre l’arsenal nucléaire américain. Le président désire que les États-Unis redeviennent les pionniers en termes d’armes nucléaires. Depuis 1982, les USA suivent une politique visant à réduire le nombre d’armes nucléaires dans le monde. 

“Je préférerais qu’aucun pays ne possède l’arme nucléaire. Mais vu que c’est le cas, nous devons en détenir la majorité” a déclaré Donald Trump à Reuters.

Si Trump réalise ses intentions, cela serait à l’encontre des politiques menées lors des dernières décennies. Un de ses prédécesseurs, Ronald Reagan, avait décidé en 1982 de diminuer la production d’armes nucléaire pour stopper la course à l’armement contre l’Union soviétique.

START

Neuf ans plus tard, les États-Unis et la Russie ont signé un traité pour la première fois: le Strategic Arms Reduction Treaty (START). Autrement dit le Traité de Réduction des Armes Stratégiques.

En 2010 à Prague, Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev signaient un autre traité afin de réduire d’avantage le nombre d’armes nucléaires opérationnelles et le nombre de lanceurs: le New START. Ils se sont mis d’accord sur un maximum de 1.550 ogives nucléaires en 2020. Bon, c’est largement suffisant pour détruire le monde.

Mais selon l’Association du Contrôle des Armes américaine, les États-Unis possèdent 7.100 ogives nucléaires et la Russie 7.300. Plutôt que de réduire leur arsenal, les deux superpuissances n’ont cessé de le moderniser.

Donc, si Donald Trump veut augmenter son arsenal nucléaire, il rentrera en conflit avec le traité actuel. Ce traité engage les pays signataires à garder leur armement au niveau actuel jusqu’en 2018, ils ne pourront donc pas le développer.

Mais ça, il le sait bien…

Trump a déjà dit plus tôt, lors de sa campagne, que ce traité était préjudiciable pour les États-Unis. Mais pas sûr qu’il savait de quoi il parlait.

Lors de la première conversation téléphonique entre Poutine et Trump, le président russe a proposé de rallonger le START de cinq années supplémentaires. Selon certaines sources à la Maison Blanche, Trump aurait alors déposé son téléphone pour demander à ses conseillers ce qui figurait dans ce traité.

Lors de la campagne présidentielle, Donald Trump avait déclaré dans un débat avec Hillary Clinton que le nouveau START était plus favorable pour la Russie que pour les États-Unis. Il a ensuite expliqué que la Russie pourrait continuer à produire des armes alors que les USA ne pouvaient pas. Cette déclaration a directement été considérée comme fausse par les médias.

Le ministre des Affaires étrangères américain Rex Tillerson avait déclaré devant un comité du Sénat lors de sa nomination qu’il soutenait le traité et qu’il était important de coopérer avec la Russie.

Titanic

Trump a souvent été fataliste concernant les armes nucléaires. Sa position est la suivante: tant que les armes existent, quelqu’un est susceptible de les utiliser tôt ou tard. Lors d’une interview, il explique à Glenn Plaskin:

“J’ai toujours la problématique de la guerre nucléaire dans un coin de ma tête, c’est un élément très important dans mon processus de pensée. C’est la catastrophe ultime, le plus grand problème de notre monde, et personne ne semble s’y intéresser. C’est un peu comme les maladies: les gens pensent qu’ils ne seront jamais malades jusqu’à ce qu’ils le deviennent. Personne ne veut en parler. Je pense que la plus grosse erreur à faire est de penser que cela n’arrivera jamais parce que tout le monde sait à quel point ce sera destructeur. Quelle connerie!”

Articles sponsorisés