E-mails de Clinton: du côté des Démocrates, on accuse le FBI d’enfreindre la loi

E-mails de Clinton: du côté des Démocrates, on accuse le FBI d’enfreindre la loi

Le leader Démocrate du Sénat, Harry Reid, accuse le chef du FBI, James Comey, d’enfreindre la loi, car il a révélé que le bureau enquêtait sur des e-mails liés à Hillary Clinton. Selon le leader Démocrate, les fonctionnaires n’ont pas le droit d’avoir une quelconque influence sur les élections. C’est vrai qu’à une semaine de celles-ci, l’impact peut être important. 

Il y a deux jours, le FBI est revenu hanter Hillary Clinton. La candidate démocrate aurait fait usage d’un serveur privé pour envoyer des e-mails alors qu’elle était secrétaire d’État. Ça ne semble pas si grave que ça, mais quand on occupe une fonction publique, ça ne passe pas tout crème. Le FBI a donc ré-ouvert un dossier délicat pour la candidate à une semaine des élections présidentielles alors qu’en septembre, le FBI avait déclaré que personne ne serait poursuivi pour cette affaire.

Le problème, c’est que c’est apparemment interdit que les fonctionnaires influencent les élections

Mais Clinton est-elle la seule fautive? Selon le leader Démocrate du Sénat aux Etats-Unis, Harry Reid, non. Il accuse le chef du FBI (Federal Bureau of Investigation), James Comey, d’avoir enfreint la loi en révélant que le bureau enquêtait sur des e-mails liés à Hillary Clinton. Selon lui c’est contraire à la loi, le Hatch Act, qui interdit les fonctionnaires d’influencer les élections. Harry Reid a même publié une lettre dans laquelle il accuse James Comey de vouloir aider un parti politique. “Avec des actions partisanes, tu as sans doute enfreint la loi”, dit-il.

Et ce n’est pas tout, le leader Démcrate accuse aussi James Comey d’avoir dissimulé des informations sur Donald Trump qui aurait des relations proches avec le gouvernement russe. Des infos qui pourraient avoir “l’effet d’une bombe”, selon le leader. “Le public a le droit de savoir à propos de ces informations. Je t’ai écrit il y a des mois pour que les informations soient révélées”, dit-il ensuite.

Légal ou non, le FBI a obtenu en attendant un mandat pour jeter un œil sur une série d’e-mails, soit 650.000. Il y a donc peu de chances que le verdict de l’enquête soit révélé avant le résultat des élections, le 8 novembre prochain.

EPA

Articles sponsorisés