Left Right
scrollTop top

E-bike to go, « le Netflix du vélo électrique », arrive en Belgique


E-bike to go, un fournisseur néerlandais d’abonnements mensuels pour vélos électriques, débarque à Bruxelles, Gand et Anvers. Il entre ainsi en concurrence avec son compatriote Swapfiets.

Alors que Swapfiets loue également des vélos classiques, E-bike to go se concentre exclusivement sur le segment électrique. L’entreprise cible les jeunes pour qui acheter un vélo de ce type est beaucoup trop cher, ainsi que les coursiers des services de livraison à domicile tels que Deliveroo et Uber Eats.

Un abonnement coûte 109 euros par mois et peut être annulé à tout moment. Les frais d’entretien et de réparation sont inclus, mais l’assurance contre le vol ne l’est pas. La formule a connu une forte croissance aux Pays-Bas, passant de 1 900 à 4 500 vélos électriques. ‘En partie à cause d’une forte augmentation de la demande des coursiers à vélo pendant le confinement’, semble-t-il.

Abonnement

Jelle Visser, qui a fondé la société d’Amsterdam en 2015, vise la tranche d’âge des 20 à 40 ans. ‘Pour les jeunes, un vélo électrique, qui peut facilement coûter 2 000 à 3 000 euros, n’est souvent pas encore accessible financièrement. De plus, cette génération est déjà habituée à travailler avec des abonnements mensuels. Posséder un vélo n’est pas une priorité pour eux’, explique-t-il, se référant aux formules d’abonnement chez Netflix ou Spotify.

‘Les déplacements avec un vélo électrique sont en hausse en raison de la crise du coronavirus, car les gens veulent éviter les transports en commun.’

Deliveroo

E-bike to go ne va pas ouvrir de magasin ou de service de réparation dans l’immédiat. L’entreprise distribue ses vélos via de grands bus qui se trouvent à des endroits fixes à Anvers, Gand et Bruxelles. Les clients ne doivent pas nécessairement provenir de ces villes. ‘Tant que vous récupérez le vélo électrique à Anvers, Gand ou Bruxelles, vous pouvez utiliser le vélo électrique dans toute la Belgique’, explique la société. L’année prochaine, l’entreprise souhaite s’étendre dans d’autres villes et ouvrir un magasin physique pour les clients belges.

La Belgique est le premier marché étranger de l’entreprise. Comme aux Pays-Bas, la société de location de vélos accordera une attention particulière aux livreurs de repas. Par exemple, il existe un partenariat avec Deliveroo dans les deux pays.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…