Donald Trump obtient gain de cause et reçoit 2,5 milliards du Pentagone pour construire son mur

EPA

On ne peut pas dire que Donald Trump ne tient pas ses promesses. Il avait promis aux Américains un mur, ils vont l’avoir. Ce vendredi, le Pentagone a libéré 2,5 milliards de dollars qui seront utilisés pour construire le fameux mur à la frontière mexicaine.

C’est un grand jour pour Donald Trump, son administration et ses supporters. Ce vendredi, la toute puissante Cour suprême a accepté de débloquer des fonds pour financer le fameux mur à la frontière mexicaine tant promis par le président.

Du coup, ce sera finalement le Pentagone qui “offrira” 2,5 milliards de dollars pour ériger ce mastodonte à la frontière. Une décision qui ravit évidemment Donald Trump: “Wow! Grande victoire sur le mur”, a-t-il écrit sur Twitter. “La Cour suprême des Etats-Unis a renversé l’injonction d’une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer.”

Rappelons qu’en février dernier, Donald Trump avait décrété l’urgence nationale puisque les discussions avec les démocrates n’avançaient pas. Il espérait donc contourner la volonté de ses rivaux et d’obtenir des fonds de la part de l’armée pour construire le mur. Un juge avait temporairement bloqué cette décision mais ce vendredi, la Cour suprême en a décidé autrement.

Nouveau conflit

Cette décision de la Cour suprême devenue très conservatrice ne plait évidemment pas aux démocrates et aux nombreux opposants à ce mur. La Cour suprême a d’ailleurs annoncé que sa décision était incontestable car “le gouvernement a fait, à ce stade, une démonstration suffisante” du bien-fondé de ses arguments.

Mais la contre-attaque se prépare déjà du côté de la puissante ACLU, l’organisation des libertés civiques. Elle compte bien introduire un nouvel appel pour “rétablir de nouveau le blocage permanent de la construction d’un mur frontalier qui utilise des fonds militaires non autorisés”.

L’avocat de l’ACLU Dror Ladin a d’ores et déjà préparé sa défense: “Les populations à la frontière, l’environnement et la séparation des pouvoirs dans notre Constitution seraient touchés de manière permanente si Trump venait à s’en sortir avec le pillage de fonds militaires pour un mur frontalier xénophobe que le Congrès a refusé”. La tension va donc une nouvelle fois monter entre Républicains et Démocrates qui s’étaient déjà bien embrouillés à propos de ce fameux mur. Un shutdown, un blocage total des administration, avait d’ailleurs duré 35 jours à cause de ces discussions.

Articles sponsorisés