Donald Trump est allé admirer une partie de son mur à Calexico: “les États-Unis sont complets”

Donald Trump est allé admirer une partie de son mur à Calexico: “les États-Unis sont complets”

Ce vendredi, Donald Trump a fait une petite virée à Calexico, une ville californienne située à a frontière mexicaine. Le président américain est en effet venu admirer une partie de son précieux mur. L’occasion de lâcher un petit discours sur l’immigration américaine et d’adresser un message aux immigrés clandestins: “les États-Unis sont complets.” 

Donald Trump a tellement parlé du mur à la frontière mexicaine qu’il fallait quand même qu’il l’admire de ses propres yeux. Le président américaine s’est donc rendu ce vendredi à Calexico, une ville californienne située à la frontière mexicaine, où un tronçon du fameux mur a déjà été construit. Devant les journalistes et ses fans présents sur place, Donald Trump en a profité pour dire quelques mots à propos de l’immigration et adresser un message aux personnes qui songeraient à traverser la frontière illégalement.

Le message ne pouvait pas être plus clair: les États-Unis sont “complets”. Les clandestins “submergent notre système d’immigration et ça ne peut plus continuer” a-t-il déclaré avant de s’adresser directement aux immigrés clandestins qui envisageraient d’encore traverser la frontière: Notre système est complet, on ne peut plus vous accepter. Notre pays est complet. Alors, rebroussez chemin!”

Éloges aux Mexique

Si le message adressé aux immigrés reste le même, Donald Trump se félicite des changements de mentalité aux seins des forces de l’ordre mexicaines. “Le Mexique, pour la première fois depuis des décennies, effectue des interpellations significatives à sa frontière sud, avant que les migrants n’entament leur long périple vers les Etats-Unis” reconnait Donald Trump, “Le Mexique se comporte de manière absolument fantastique depuis quatre jours. Ils arrêtent tout le monde” ajoute-t-il avant de mettre en garde le Mexique: si la tendance s’inverse, les États-Unis pourraient imposer des tarifs douaniers aux voitures importées du Mexique.

Malgré les apparences, il faut savoir que la frontière entre le Mexique et les États-Unis est actuellement toujours ouverte. Le président américain n’a pas encore mis sa menace à exécution de fermer purement et simplement la frontière, les conséquences économiques seraient bien trop importantes.

Le contraste “mexico-américain”

Ce mur à la frontière mexicaine était le leitmotiv de la campagne présidentielle de Donald Trump et ce dernier y tient comme à la prunelle de ses yeux. Problème: le Congrès n’est vraiment pas très chaud à l’idée de le financer et le construire. Le président a alors du décréter l’urgence nationale pour trouver les milliards de dollars nécessaires à sa construction, une procédure exceptionnelle qui n’a absolument pas plu à tout le monde, surtout dans le camp démocrate.

Qu’importe, un premier tronçon du mur a été érigé à Calexico, au grand bonheur de Trump qui était émerveillé devant l’édifice: “Très, très difficile à escalader. C’est un très beau mur, je crois qu’il a vraiment l’air fantastique” s’est-il réjouis. Mais de l’autre côté de ce mur, au Mexique, le contraste était saisissant. Plus de 200 personnes manifestaient sous un ballon géant représentant Donald Trump en couche culotte en train de pleurer. Le message est clair: ils ne veulent pas du mur. Mais cela semble trop tard, ce mur qu’on pensait impossible en 2016 devient une réalité.

epa

Articles sponsorisés