Débat présidentiel en France: voici tout ce que tu dois savoir sur ce qu’il s’est passé hier soir

Débat présidentiel en France: voici tout ce que tu dois savoir sur ce qu’il s’est passé hier soir

Le premier débat télévisé entre les cinq candidats à l’élection présidentielle les mieux placés dans les sondages a eu lieu hier soir. C’était un débat animé, mais sans grande surprise. Les candidats sont restés de « bons élèves ». Selon un sondage, c’est Emmanuel Macron qui a été jugé le plus convaincant. 

C’était hier soir qu’a eu lieu le premier débat entre les candidats à la présidentielle. Mais attention, tout le monde n’était pas là. Seul les cinq candidats les mieux placés dans les sondages ont débattu, à savoir François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Ils ont argumenté pendant trois longues heures sur tout: sur les sujets de société, sur l’économie et à la fin sur la politique internationale.

Du coup, les six autres candidats, soit Nicolas Dupon-Aignan, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jacques Cheminade, Jean Lassale et François Asselineau, étaient exclus du débat. Et ça, Fillon a tout de suite affirmé qu’il ne comprenait pas pourquoi: « On est onze candidats, il y en a cinq ici, ça pose une question démocratique, je sais que les sondages ont une grande vertu, mais avec cette règle je n’aurais pas pu participer à la primaire ».

Les premières questions comme l’enseignement et la sécurité ont été débattues dans le calme, sans que personne ne hausse le ton. C’est au moment de parler de la laïcité que le débat est devenu plus vif.

Mélenchon n’a pas hésité à attaquer Marine Le Pen qui veut interdire les signes religieux dans tous les espaces publics. Et là sans surprise, la polémique a été lancée. Elle a ensuite attaqué à son tour Macron en disant que ce dernier était pour le port du burkini. Ce dernier s’est défendu en disant qu’il n’avait « pas besoin d’un ventriloque (en visant Le Pen) »

Macron, la cible de tous

Marine Le Pen n’est pas la seule à avoir attaqué Emmanuel Macron. Benoit Hamon aussi a interrogé le leader d’En Marche sur ses soutiens financiers jugés douteux: « Pouvez-vous prendre comme engagement qu’il n’y a pas plusieurs cadres de l’industrie pharmaceutique et pétrolière parmi vos donateurs ? », a demandé Hamon à Macron.

À cela, Macron a répondu que son financement était « transparent » et Mélenchon en a profité pour apporter une petite touche d’humour en disant qu’il fallait bien « un débat au Parti socialiste! ».

EPA

Fillon discret

La personne qui est restée la plus discrète durant le débat était François Fillon. C’est sans doute dû au fait que des affaires sombres le poursuivent sans cesse. De plus, un des sujets qui a marqué le débat était celui de la moralisation de la vie publique et Mélenchon n’a pas hésité à viser Fillon: « Ici, il n’y a que deux personnes qui sont concernées et qui ont des choses à se reprocher. Les électeurs le savent. Et il ne leur est pas interdit de récompenser les vertueux! ». Pas de doute, Fillon était implicitement visé.

Selon une analyse faite par La Libre Belgique, le débat est resté dans l’ensemble calme et les candidats sont restés prudents. Il n’y a pas eu d’affrontements qui auraient pu mettre l’un des candidats hors compétition. Le débat était vif, mais il n’y a pas eu de grandes surprises. Le journal Les Echos a qualifié ce débat comme « musclé mais sans dérapage ».

Pour le journal Le Parisien, le débat a été « dense, sérieux, pédago… mais non décisif ». Il précise ensuite que « les candidats ont déroulé leurs programmes, en bons élève ».

Macron, l’heureux vainqueur du débat?

Selon un sondage réalisé par Elabe pour la chaîne BFM TV, c’est à Emmanuel Macron que ce premier débat a réussi le plus. 29% pensent qu’il a été le plus convaincant, suivi par Jean-Luc Mélanchon avec 20%. François Fillon et Marine Le Pen étaient tous les deux à 19%. C’est donc Benoît Hamon qui arrive en dernière position à 11%.

Le prochain débat aura lieu sur CNews le 4 avril prochain. Un autre sur France 2 le 20 avril et ensuite un sur BFMTV le 23 avril.

EPA

Articles sponsorisés