De pire en pire: voici comment le boom des smartphones inonde les décharges asiatiques

De pire en pire: voici comment le boom des smartphones inonde les décharges asiatiques

Par le terme “e-waste”, une étude de l’Université des Nations Unies décrit l’ensemble des déchets liés à nos appareils électroniques, de nos ordinateurs usagers à nos smartphones dépassés. Cette étude établit un terrible constat: les déchets électroniques ont augmenté de 63% en Asie, une très mauvaise nouvelle pour les habitants et leur environnement, eux qui sont déjà inondés par nos propres déchets…

Depuis 2010, la planète dans son ensemble a connu un véritable boom technologique. Les smartphones, principalement, ont inondé les moindres recoins du globe. Si bien que la quantité de déchets liée aux appareils électroniques a augmenté de 63% en Asie.

Le gros souci, c’est que quand ils ne sont pas recyclés proprement (ce qui est principalement le cas), ces déchets sont souvent brûlés ou lavés à l’acide pour pouvoir en extraire les métaux. Ces procédés polluent l’eau et l’air de façon considérable, en plus des cancers et de l’infertilité qu’ils provoquent.

Pourquoi ça augmente ?

Mais à quoi doit-on ce boom des gadgets, smartphones et autres ordinateurs? L’étude menée par le Professeur Ruediger Kuehr s’est intéressée à douze pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Premier constat: la Chine a doublé son volume d'”e-waste” en cinq ans. Cette augmentation peut être attribuée à plusieurs facteurs comme l’explosion de la classe moyenne, désormais capable de s’acheter des appareils électroniques en tout genre. On doit aussi ce nouveau pic au renouvellement constant des produits. Depuis dix ans par exemple, l’iPhone a déjà connu douze modèles différents, poussant les gens à acheter de nouveaux appareils pour être à la page, principalement. Sans compter les cas d’obsolescence programmée (ça vaut bien sûr pour toutes les grandes marques).

“De plus en plus de gadgets et de jouets sont composés de batteries ou de branchements électroniques, et ça contribue à augmenter de manière substantielle l’e-waste”, ajoute Ruediger Kuehr pour The New Scientist.

L’Asie, la décharge de l’occident

Et comme si ça ne suffisait pas, l’Asie est connue de longue date pour être la décharge de l’Occident. L’Europe et les États-Unis, c’est quatre fois plus de déchets électroniques par habitant. Une grande partie d’entre-eux finit dans les pays pauvres d’Asie qui ne bénéficient pas de l’infrastructure nécessaire pour pouvoir les recycler proprement.

En plus, d’un point de vue économique, il est plus intéressant de ne recycler qu’une partie du matériel électronique et de jeter tout le reste. Alors que d’un point de vue technologique, “vous pourriez recycler 99% des déchets électroniques, mais ce n’est pas intéressant” témoigne, Kuehr. “Nous devons concevoir des incitants pour encourager une économie circulaire”, conclut le scientifique pour The New Scientist.

Articles sponsorisés