Daesh vient de se faire piler à Dabiq, là où chrétiens et musulmans devaient s’affronter à l’apocalypse 

Daesh vient de se faire piler à Dabiq, là où chrétiens et musulmans devaient s’affronter à l’apocalypse 

Daesh vient de se prendre une sérieuse raclée à Dabiq, une petite ville près de la frontière turco-syrienne. Cette victoire des troupes rebelles, avec l’appui des Turcs, est hautement symbolique à cause de cette prophétie sunnite: Dabiq devait être à la fin des temps le théâtre d’un combat entre musulmans et chrétiens. 

Ils y sont arrivés ce samedi: les combattants rebelles syriens, avec l’appui de la force aérienne turque, ont repris la petite ville Dabiq, proche de la frontière turque, à Daesh. Depuis plusieurs semaines déjà, cet assaut se préparait avec les forces rebelles qui reprenaient les petits villages des environs un par un.

Selon Anadolu, l’agence de presse turque, 9 combattants de Daesh seraient tombés samedi et 28 auraient été blessés. Les combattants sont désormais occupés à débarrasser le terrain des mines que Daech y auraient laissées en se retirant.

Armageddon

La ville n’a peut-être pas l’importance stratégique de Mosul ou d’Alep. Mais elle a une autre importance, symbolique cette fois: selon un « Hadit », une parole du prophète Mohammed, c’est à Dabiq que musulmans et infidèles devraient s’affronter dans un combat de fin des temps. D’ailleurs, Daesh avait surnommé son magazine online « Dabiq », d’après le nom de cette petite ville. Alors que l’assaut se préparait dans les dernières semaines, l’organisation terroriste avait eu soin de diminuer l’importance de cette ville, relève la BBC.

Articles sponsorisés