Coronavirus: toutes les soirées estudiantines annulées à l’UCL et à l’UNamur

C’est confirmé: un étudiant de Louvain-La-Neuve a été testé positif au coronavirus. Conséquences: l’UCL a décidé de suspendre toutes les soirées estudiantines.

C’est une décision radicale mais confirmée sur le site de l’UCL. Toutes les soirées estudiantines de Louvain-La-Neuve sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. La cause? Un cas de coronavirus avéré chez un étudiant. “La suspension de toutes les soirées des cercles, régionales et des kots-à-projets dans les surfaces d’animation étudiante. Par leur nature, leur succès et la promiscuité qu’elles engendrent, les soirées sont des lieux qui favorisent le plus facilement la propagation du virus. Nous réalisons que cette mesure causera des déceptions mais nous espérons pouvoir compter sur votre compréhension et sur la conscience qu’il faut progressivement prendre des mesures plus strictes pour limiter la propagation du virus” lit-on ainsi sur le site de l’université.

D’autres mesures à venir

Que les étudiants se tiennent prêts, d’autres mesures “plus strictes pour limiter la propagation du virus” devraient suivre très prochainement. C’est en tout cas dans la nuit de lundi à mardi que le cas de coronavirus a été confirmé. Il n’est pas lui à l’infection détectée dimanche sur un assistant de la faculté de bioingénieuries.

La ville estudiantine, d’habitude si animée, sera donc très calme dans les jours ou semaines à venir…

Même décision à Namur

Plus tard dans la journée de mardi, l’Université de Namur a décidé de prendre une décision similaire. C’est ce qu’on peut lire sur le site internet de l’UNamur. L’université a décidé “d’annuler les manifestations ou événements festifs impliquant une trop grande proximité entre les personnes, dont ceux notamment organisés par les étudiants sur le campus”. Cette mesure prendra effet jusqu’aux vacances de Pâques.

Pour ceux qui trouveraient ça disproportionné, l’université se défend: “il s’agit d’une mesure raisonnable et proportionnée, analogue aux mesures appliquées dans toutes les universités francophones, dans le but de maintenir les cours le plus longtemps possible”.

Articles sponsorisés