Complètement indignés par la polémique sur le Soudan, les jeunes Ecolo ont photoshopé Theo Francken (N-VA)… en nazi

Complètement indignés par la polémique sur le Soudan, les jeunes Ecolo ont photoshopé Theo Francken (N-VA)… en nazi

Quand Theo Francken (N-VA) invite en Belgique une équipe de Soudanais pour identifier ses ressortissants qui vivent chez nous et les rapatrier illico vers le Soudan, ça passe évidemment mal. Si bien que les Jeunes du parti Ecolo ont décidé de faire un photomontage: le secrétaire d’État habillé en uniforme de nazi avec une carabine en main. Il n’a bien sûr pas apprécié et exigé les excuses d’Ecolo et de Groen… qui ont refusé.

Le dernier dérapage de Theo Francken (N-VA) passe très mal. Pour rappel, le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration a annoncé sur Facebook, à l’issue d’un entretien avec l’ambassadeur du Soudan à Bruxelles, avoir conclu un accord avec le pays pour permettre le rapatriement de ses ressortissants qui séjournent illégalement en Belgique. Et comment? En envoyant sur le sol belge une équipe soudanaise qui viendra identifier tous les gens à renvoyer au Soudan. Cette équipe est d’ailleurs arrivée chez nous dimanche et a été reçue par le secrétaire d’État, juste avant son départ pour l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

“Collaboration avec un président accusé de génocide”

En gros, cela reviendrait à demander l’aide d’un pays que des milliers de réfugiés fuient pour justement les identifier et les y renvoyer. Alors que le Soudan est déchiré par la guerre, que les violations des droits de l’homme y sont monnaie courante et que le président Omar el-Béchir a déjà été poursuivi deux fois par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Cette histoire a évidemment provoqué le tollé général, jusque dans la classe politique. La section jeune d’Ecolo, Ecolo J, a donc tenu à partager sur les réseaux sociaux un montage photo. Dessus, tu vois la tête de Theo Francken dans un uniforme nazi, tenant en main une carabine. Une manière de dénoncer “la collaboration avec un président accusé de génocide”, explique Ecolo J sur Facebook. Mais aussi les “rafles planifiées”, “la confiscation et le pillage des effets personnels” des migrants qui dorment dans le parc Maximilien et dans la gare de Bruxelles-Nord. Ainsi, le terme “nettoyer” que Theo Francken a employé il y a quelques jours pour décrire ces descentes policières est, encore une fois, très mal passé.

“Je ne me laisse pas criminaliser”

Bien évidemment, il n’en pas fallu longtemps pour que le principal intéressé remarque le photomontage et réagisse. “Je ne me laisse pas criminaliser. J’exige des excuses”, a-t-il tweeté quelques heures après en interpellant Ecolo et Groen.

Sans succès, aucun des partis verts n’est venu à sa rescousse. “Votre politique est suffisamment erronée pour éviter de tomber dans ce type de caricature”, a d’abord tweeté le député Groen Wouter De Vriendt. Les écologistes flamands ne s’excusent donc pas, mais prennent toutefois distance par rapport à la publication.

Du côté d’Ecolo, sa coprésidente Zakia Khattabi s’est montrée un peu plus ferme. “Nous n’avons pas été consultés et on n’aurait sans doute pas fait les choses de cette manière, mais la photo est à la mesure de leur indignation”, a-t-elle réagi au Soir tout en soulignant que “Theo Francken n’aura aucune excuse de la part d’Ecolo”.

Articles sponsorisés