“Comment allons-nous continuer à vivre après cela?”: Merkel a partagé sa tristesse avec le peuple allemand

“Comment allons-nous continuer à vivre après cela?”: Merkel a partagé sa tristesse avec le peuple allemand

La Chancelière allemande a donné sa première conférence de presse concernant l’attaque du marché de Noël à Berlin qui a provoqué la mort de 12 personnes. Elle a donné un message d’espoir, mais elle a aussi exprimé sa grande déception et le sentiment de responsabilité sur ce qu’il s’est passé. 

Angela Merkel vient de donner sa toute première conférence de presse à 11h depuis ses bureaux concernant l’attaque du marché de Noël à Berlin. La Chancelière allemande a partagé sa tristesse avec le peuple allemand: “C’est une journée bien difficile. Je suis bouleversée suite à ce qu’il s’est passé hier soir”. “Douze hommes et femmes, des gens qui préparaient Noël, qui avaient des projets pour leurs congés de Noël, ne sont plus parmi nous. C’est un acte incompréhensible et atroce qui les a privés de la vie”, a-t-elle déclaré.

Elle a aussi remercié les forces de police et les pompiers: “J’ai confiance en tous ces hommes et ces femmes qui, depuis hier, nous ont aidés à éclaircir cet acte atroce. Nous sommes avec vous dans votre deuil, nous espérons que vous pourrez trouver de la consolation, de la confiance”.

“Nous avons la force de vivre tous ensemble”

La Chancelière a ensuite confirmé que c’était un acte de terrorisme et que “ses raisons seront éclaircies et et le coupable qui a commis l’attaque sera puni”.

Mais à côté du message de tristesse et d’espoir, il y avait un autre élément dans son discours: son sentiment de responsabilité. Comme elle l’a déclaré: “C’est difficile de concevoir et d’accepter que la personne qui ait commis l’attentat soit un réfugié qui a demandé la protection à l’Allemagne”. Ensuite, elle a avoué qu’elle ne savait pas comment ils allaient “pouvoir continuer à vivre après cela”. Elle a poursuivi en disant qu’elle avait invité tous les “dignitaires de la ville de Berlin afin de discuter des conséquences de cet acte”.

Mais une chose est sûre, il faut continuer à vivre: “Nous ne voulons pas renoncer au marché de Noël, nous ne voulons pas vivre avec la peur imposée par le mal. Nous avons la force de vivre tous ensemble, avec tous ceux qui veulent vivre en Allemagne”.

EPA

Articles sponsorisés