Climat: quand les jeunes perdent le moral, les vieux prennent le relais

Climat: quand les jeunes perdent le moral, les vieux prennent le relais

Ce 11 avril aura lieu la quatorzième marche des étudiants pour le climat, un mouvement qui semble peu à peu s’essouffler. “Les Grands-parents pour le Climat” ont décidé de venir à la rescousse des plus jeunes en les accompagnant ce jeudi.

Depuis le 10 janvier dernier, cela ne t’aura pas échappé, les étudiants belges se rassemblent chaque semaine et manifestent pour faire entendre leur mécontentement. Ils veulent ainsi inciter nos dirigeants à prendre des mesures en faveur du climat.

Ce sont les étudiants du secondaire flamand qui ont, dans un premier temps, organisé ces marches pour l’environnement. Les figures de proue de cette première “grève étudiante”, les Anversoises Anuna De Wever et Kyra Gantois, s’étaient elles-mêmes inspirées de la Suédoise Greta Thunberg (16 ans), devenue l’égérie de la cause climatique. Dès le jeudi suivant, l’enseignement secondaire francophone rejoignait le mouvement, suivi peu de temps après par les universités et les hautes écoles. Le jeudi 24 janvier, c’est l’apogée, ils étaient 35.000 à envahir les rues de Bruxelles pour réclamer un changement.

Cette mobilisation des jeunes pour le climat n’est pas propre à la Belgique, les mouvements de grève des étudiants ne cessent de prendre de l’ampleur à travers le monde. On peut notamment citer des pays tels que l’Allemagne, la France, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, les États-Unis ou encore l’Australie.

Google

Deux générations, une planète

Si les jeunes belges sont si réactifs sur le sujet, c’est pour une bonne raison. En matière de climat, la Belgique n’est pas connue pour être la meilleure élève. Pour rappel, notre pays a refusé en décembre dernier les objectifs européens en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables. La semaine dernière, la loi climat que de nombreux citoyens réclament dur comme fer depuis des mois a été renvoyée au 26 mai, faute de consensus à la Chambre sur la manière de l’adopter. Cet énième “coup de massue” a eu un réel impact sur le moral des troupes .

Jeudi dernier, ils n’étaient plus que 500 jeunes à arpenter les rues de la capitale. “Nous sommes très déçus, c’est très difficile à avaler et c’est probablement ce qui explique la baisse de participation aujourd’hui”, affirmait Adélaïde Charlier, la porte-parole francophone du mouvement Youth For Climate, au micro de la RTBF.

Suite à ce découragement général, le groupe Les grands-parents pour le climat a décidé de venir soutenir la nouvelle génération. Les vieux viennent à la rescousse et ont publié une lettre ouverte en néerlandais. Elle appelle à maintenir la mobilisation lors des jeudis pour le climat: “La ténacité des jeunes est exceptionnelle et nous voulons appeler avec insistance tous les grands-parents et sympathisants à porter le jeudi 11 avril le message de Youth for Climate en marchant aussi pour la justice climatique.” Le rendez-vous est donné vers 10h00 à la gare de Bruxelles-Nord. Rappelons qu’il existe un groupe similaire du côté francophone.

En attendant, le mouvement Youth for Climate entend bien maintenir la pression jusqu’au 26 mai. D’ailleurs, plusieurs nouvelles actions devraient normalement voir le jour durant les vacances de Pâques. Soutenus par leurs petits vieux, les jeunes ne semblent donc pas prêts à lâcher l’affaire.

Rédaction: Marie Demaret

Articles sponsorisés