Charles Michel (MR) participera ce vendredi à un dîner qui doit distribuer les postes clés de l’UE: qu’en sera-t-il pour lui?

Charles Michel (MR) participera ce vendredi à un dîner qui doit distribuer les postes clés de l’UE: qu’en sera-t-il pour lui?

Qui seront les futurs leaders de l’Union européenne? Les négociations vont bon train entre chaque groupe politique. Sont attendus: un.e nouveau.elle président.e de la Commission, un.e président.e du Conseil européen et un.e président.e du Parlement européen, principalement. Les trois grandes familles politiques – démocrates-chrétiens, libéraux, socialistes – ont connu des résultats mitigés lors des élections, ils doivent maintenant trouver un compromis.

Même si les membres du MR ne l’avoueront qu’à demi-mot, les élections nationales ont été assez rudes pour les libéraux. Charles Michel n’a pas la main sur le plan intérieur et doit suivre son rival, mais néanmoins chef d’orchestre des entités fédérées: Elio Di Rupo.

Notre Premier ministre en affaires courantes a toutefois d’autres préoccupations. Et elles concernent la politique européenne dont les cartes ont également été redistribuées. Charles Michel a toujours accordé beaucoup d’importance à la place de la Belgique au niveau international, tout en jouant par la même occasion sa propre carte.

Il sera même au cœur des décisions. D’après Politico, il assistera ce vendredi à un dîner de la plus haute importance parmi 6 politiciens de haut niveau. Représentant les libéraux, Charles Michel doit trouver un arrangement avec les autres familles politiques, en vue de désigner les personnalités qui occuperont les postes clés de l’UE.

Une première réunion en Roumanie

Les libéraux de l’ALDE travaillent avec deux “négociateurs” en même temps: le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et notre Premier ministre. Ils sont les deux chefs de gouvernement qui font partie de la famille libérale, en compagnie des États baltes. À Sibiu en Roumanie, lors du dernier sommet européen avant les élections, ils ont déjà eu une longue conversation avec deux négociateurs socialistes: les Premiers ministres espagnol et portugais.

Les socialistes (S&D) et les libéraux (ALDE) sont les plus petites familles parmi les trois, mais ils se sont déjà arrangés entre eux, ce qui renforce leur poids. La plus grande famille – les démocrates-chrétiens (PPE) – est du coup un peu prise de cours. Elle a toutefois également trouvé deux représentants: les Premiers ministres croate et lettonien.

Ce sont ces six personnes qui vont se retrouver ce vendredi à Bruxelles pour un dîner. La première ébauche d’un accord est attendue ce jour-là, même si ce genre de carrousel n’est jamais simple. Il faut trouver un compromis: chaque fraction doit pouvoir être représentée à ces postes importants en fonction de son poids politique. Il faut ajouter à cela un certain équilibre régional, entre le nord et le sud, l’est et l’ouest. Sans oublier la lutte entre le Parlement (législatif) et les chefs de gouvernement (exécutif).

Chaque famille politique dispose d’un poulain. Pour les démocrates-chrétiens, c’est l’Allemand Manfred Weber, pour les socialistes, c’est le Néerlandais Frans Timmermans et pour les libéraux, il y avait environ… six candidats.

Les chances de Michel

Mais les chefs d’État et de gouvernement veulent garder la main. Emmanuel Macron, dont le parti En Marche fait désormais partie de l’ALDE, ne peut pas encadrer Weber des démocrates-chrétiens. Ce qui peut vouloir dire que Charles Michel, proche du président français, a toutes ses chances pour occuper un poste important. Il est bien considéré par la plupart des chefs d’État et de gouvernement, il est jeune et dynamique et est maintenant aux hautes responsabilités depuis un certain temps.

Aussi, peu de libéraux Premiers ministres sont disponibles: Mark Rutte est un bon négociateur, mais pas un candidat. Le Néerlandais a depuis longtemps de grandes ambitions au niveau européen, mais il devrait quitter la coalition de son propre pays, avec des chances de voir son gouvernement tomber, pas idéal. En Belgique, pays européen parmi les pays européens, Michel ne connait désormais plus ce problème.

epa

Articles sponsorisés