C’est officiel: le gouvernement espagnol suspend l’autonomie de la Catalogne et prévoit de nouvelles élections

C’est officiel: le gouvernement espagnol suspend l’autonomie de la Catalogne et prévoit de nouvelles élections

Les deux camps semblent désormais irréconciliables. Le premier ministre Mariano Rojoy a annoncé la suspension de l’autonomie de la Catalogne, ce samedi, comme il menaçait de le faire. Cette suspension, provisoire, doit conduire à de nouvelles élections dès la fin du mois de janvier. 

Chose promise, chose due: Mariano Rajoy a privé la Catalogne de son autonomie. Une décision qui est tombée ce samedi midi, après l’échec des négociations entre les deux camps. Le chef d’État espagnol a activé l’article 155, encore jamais utilisé, de la Constitution de 1978.

Qu’on se le dise: l’Espagne est en crise car le chef du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, a promis qu’il proclamerait formellement l’indépendance en cas de suspension de l’autonomie de la région de 7,5 millions d’habitants. Madrid n’a pas reculé et conserve sa ligne de négociation intraitable.

En parlant de négociations, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a discuté avec le Parti socialiste (PSOE), principal camp de l’opposition, ainsi qu’avec ses alliés centristes de Ciudanos. Un ensemble de mesures, qui doivent encore être précisées, vont s’appliquer dès ce lundi.

Dégager Puigdemont

À terme, Rajoy espère la tenue de nouvelles élections dans les 6 mois en Catalogne. Il espère ainsi redistribuer les forces et se débarrasser de Carles Puigdemont. Les socialistes espèrent même la tenue d’élections pour la fin janvier.

Carles Puigdemont et les autres responsables de l’exécutif catalan pourraient être écartés plus tôt: le Sénat doit se prononcer sur leur destitution dans les prochains jours. Rajoy, de son côté, a voulu minimiser cette suspension d’autonomie: « Nous révoquons seulement les responsables qui ont violé la loi. » Mais dans les faits, il s’agit bien d’une mise sous tutelle avec un transfert des pouvoirs de l’administration et un contrôle du parlement catalan.

En attendant, même si la population catalane reste divisée sur la question, des manifestations d’envergure sont attendues dès ce samedi après-midi. Le tout sous très haute tension.

EPA

Articles sponsorisés