C’est le chaos au Venezuela: sans électricité depuis cinq jours, certains boivent dans les égouts

C’est le chaos au Venezuela: sans électricité depuis cinq jours, certains boivent dans les égouts

Le Venezuela s’enfonce davantage dans le chaos. Tous les problèmes auxquels le pays est confronté à cause des crises humanitaires, financières et politiques ont été complètement décuplés par une panne de courant qui dure depuis cinq jours.

Depuis que le black-out a commencé, des écoles et des entreprises sont toujours fermées et des pillages ont eu lieu à divers endroits. Les denrées alimentaires, déjà rares, sont souvent avariées car les réfrigérateurs n’ont plus de courant. Les hôpitaux ne peuvent plus fournir d’aide suffisante, entraînant de nombreux cas de décès. Six nouveau-nés auraient déjà perdu la vie ainsi qu’une dizaine d’adultes.

Le pays connaît également une grave pénurie d’eau potable. Dans la capitale Caracas, les Vénézuéliens remplissent des seaux d’eau potable depuis un canal d’égout.

Selon l’organisation non gouvernementale Codevida, la panne de courant avait déjà causé la mort de 15 patients souffrant de problèmes aux reins ce dimanche. Près de 95% des équipements de dialyse ne fonctionneraient plus.

L’ONG est sérieusement préoccupée par la pénurie d’électricité. “Les quelques machines qui fonctionnent encore avec des groupes électrogènes de secours vont bientôt manquer de carburant”, a déclaré l’organisation dimanche.

Sans électricité, les Vénézuéliens ne peuvent pas recharger leurs téléphones, ni accéder à Internet. Ils sont donc dans l’incapacité de communiquer à distance et d’envoyer des nouvelles à leurs proches et familles qui résident à l’étranger.

Pas de sabotage

Le gouvernement de Nicolas Maduro a déclaré que la panne d’électricité avait été causée par le sabotage d’un barrage majeur, sans doute avec l’aide des États-Unis qui soutiennent le chef de l’opposition et le président par intérim autoproclamé Juan Guaidó.

Mais il y a de fortes chances que la cause soit simplement due à un entretien insuffisant parce que le gouvernement n’a jamais financé les travaux de réparation de ces installations. Il faut savoir qu’au Venezuela, une grande partie de l’électricité est produite par l’énergie hydraulique. Winston Cabas, président du syndicat des ingénieurs électriciens, a écarté la théorie du sabotage, stupide selon lui.

En effet, de nombreuses centrales sont obligées de fonctionner sur un cinquième de leurs capacités. Ceci est dû au fait que ces entreprises manquent de carburant à cause du rationnement imposé par le gouvernement. Selon une source travaillant pour la compagnie pétrolière de l’État, le gouvernement accorde plus de priorité à l’exportation de pétrole, principale source de revenus du Venezuela, qu’à la production d’électricité pour son propre pays.

État d’urgence et départ des Américains

Guaidó a depuis déclaré l’état d’urgence. Une mesure symbolique, qui peut également compter sur le soutien des États-Unis. Les Américains ont d’ailleurs décidé d’imposer de nouvelles mesures à une longue série de sanctions, cette fois à la banque russe qui fait affaire avec la compagnie pétrolière d’État.

Ce week-end, les États-Unis ont décidé de récupérer le dernier membre du personnel de leur ambassade. Le ministre des Affaires étrangères, Mike Pompeo, a déclaré que la situation au Venezuela était devenue trop critique.

En début d’année, le président du Parlement, Juan Guaidó, s’est proclamé président par intérim, car le président Maduro violerait la constitution. Nicolas Maduro et ses partisans considèrent cette initiative comme illégale, car le président a marginalisé le Parlement contrôlé par l’opposition en faveur de l’Assemblée constitutionnelle qu’il a mise en place.

Bien que Guaidó soit largement reconnu internationalement, il ne pourra jamais vraiment exercer son pouvoir au Venezuela tant que les forces armées resteront aux côtés de Maduro. C’est toujours le cas, bien que des centaines de soldats vénézuéliens aient déserté au cours des derniers mois.

Guaidó a appelé ce dimanche le Parlement à déclarer l’état d’urgence au Venezuela. Une mesure indispensable, selon lui, pour aider le peuple vénézuélien.

epa

Articles sponsorisés