Ces conditions qui nous séparent encore de nouvelles élections

EPA

Les élections anticipées sont l’ultime étape vers une (incertaine) sortie de crise. En Belgique, on trouve généralement des compromis avant d’en arriver là. Certains les redoutent, d’autres savent qu’ils pourraient en ressortir gagnants. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la Belgique connait peut-être la pire crise de sa riche histoire institutionnelle.

Comme conditions qui nous séparent de nouvelles élections, il y a d’abord les coalitions restantes à tester. La coalition mêlant PS et N-VA est morte. Paul Magnette ne peut se résoudre à gouverner avec les nationalistes, il est vrai, deux partis que tout oppose ou presque.

Comme alternatives:

  • Il y a la Vivaldi (sans la N-VA). Mais au même titre que le PS, le CD&V n’entend pas ‘craquer’, car il serait vu comme le parti qui plonge la Flandre en minorité de la future coalition fédérale. Les lignes peuvent encore bouger, mais on n’en prend clairement pas le chemin. Il faut se rappeler que lors des négociations de l’Arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes), les démocrates-chrétiens ont été écartés (provisoirement) par Paul Magnette. Ce qui a été perçu comme un très mauvais signal à l’époque. Il est à le tout le moins ambitieux de maintenant les convaincre d’adhérer à une Vivaldi.
  • Les coalitions 77. Il existe deux types de coalitions qui comptent 77 sièges sur 150 à la Chambre. Certes, il s’agit de très courtes majorités, mais elles sont faisables sur papier. On a d’abord une coalition 77 sans le PS et les écologistes composés de libéraux du nord et du sud, de la N-VA, des démocrates-chrétiens du nord et du sud et enfin le sp.a. Il faudrait donc pour cela que les socialistes flamands se désolidarisent des francophones. Rappelons que des coalitions existent entre sp.a et N-VA au nord du pays.
  • Il y a enfin la coalition 77 proposée par François De Smet qui écarte les trois premiers partis de Flandre: la N-VA, le Vlaams Belang et le CD&V. On y retrouverait les familles libérales, socialistes et écologistes, agrémentées de DéFI ou du CDH.

Ces deux coalitions nous paraissent encore plus difficiles à mettre en place que la Vivaldi. Mais elles restent de l’ordre du possible.

Enfin, il y a les conditions plus techniques. Pour convoquer des élections, il faut dissoudre les chambres et donc récolter une majorité. On est là en pleine partie de poker menteur entre ceux qui redoutent et ceux qui ne craignent pas particulièrement de nouvelles élections.

  • Il est clair que pour le CDH, en reconstruction, c’est un non. Son président l’a directement affirmé ce vendredi. Le MR, bien qu’en position de force (il n’a plus de concurrence sur sa droite), a fait savoir via son président Georges-Louis Bouchez qu’il n’était pas non plus favorable. François De Smet de DéFI n’en veut donc pas, pas plus que le PTB, selon son porte-parole Germain Mugemangango. Ecolo demande aussi de tester d’autres formules. En fait, il n’y a que le PS qui ne se dit pas contraire. Comme en 2010, les socialistes savent qu’ils peuvent jouer la valeur refuge. Mais il s’agit aussi d’une posture: ‘Nous ne craignons pas des élections’, a appuyé Magnette dans ses sorties médiatiques de vendredi.
  • Au nord, seul le Vlaams Belang souhaite vraiment des élections. Le CD&V pourrait tomber encore plus bas qu’il ne l’est, l’Open VLD est en pleine crise existentielle et élira son président prochainement Groen est sur la même ligne qu’Ecolo et la N-VA joue le même rôle que le PS: même pas peur. Bart De Wever avait même suggérer le mois de mai. Mais la N-VA sent le souffle du VB dans son coup, ce qui est sans doute moins le cas du PTB pour le PS.

Enfin, il faut aussi l’accord du gouvernement qui n’est plus que composé du MR, du VLD et du CD&V. Ce sera donc à eux de trancher en dernier recours, même si une majorité les mettrait de facto sous pression.

Il se dit toutefois que mai pourrait être un moment idéal pour reconvoquer les électeurs, soit après les vacances de Pâques et avant les examens des étudiants. Mais il faudra avant cela que la Belgique plonge encore un peu plus dans la crise.

Articles sponsorisés