Ce jeudi, 12.500 jeunes ont à nouveau marché pour leur avenir à Bruxelles

Ce jeudi, 12.500 jeunes ont à nouveau marché pour leur avenir à Bruxelles

Une deuxième marche pour le climat est partie aujourd’hui du Carrefour de l’Europe, devant la gare centrale de Bruxelles. Environ 12.500 élèves se sont présentés. « Youth For Climate », l’organisation derrière cette initiative, demande à nos responsables politiques d’élaborer un plan climatique contraignant stipulant que le réchauffement climatique devrait être limité à 1,5 degré.

Quelque 12.500 lycéens se sont réunis à Bruxelles ce jeudi pour protester afin d’obtenir une politique climatique plus ambitieuse. C’est la deuxième semaine consécutive où ils sautent les cours pour se faire entendre de la classe politique. Ils brandissaient des panneaux et des calicots portants des slogans tels que « Il n’y a pas de planète B », « Make love not CO2 » (« Faites l’amour, pas le CO2 ») et « Bla bla bla, agissez maintenant ».

Ils sont partis du Carrefour de l’Europe et ont effectué une boucle avant de revenir à la gare de Bruxelles-Central. Comme la semaine passé, ils étaient accompagnés de « grands-parents pour le climat ». Ils espérent être entendus des politiciens et réclament que des mesures soient prises pour que le réchauffement climatique ne dépasse pas les 1,5 degrés.

Soutien des écoles

Certains élèves n’ont pas fait l’école buissonnière: ils ont été autorisés par leur école à participer à la marche pour le climat. C’est le cas, par exemple, de 120 élèves de l’athénée Gentbrugge qui, avec quelques enseignants et le directeur, ont pris le train pour Bruxelles (voir vidéo ci-contre).

D’autres élèves ont expliqué que leur école ne les puniraient pas s’ils envoyaient un selfie prouvant qu’ils étaient présents à la manifestation.

Greta Thunberg

Brosser les cours pour manifester pour le climat est une initiative lancée par Greta Thunberg, une activiste suédoise de 16 ans qui a sauté les cours à plusieurs reprises pour manifester en faveur d’un changement de politique climatique.

Cette collégienne a commencé seule à manifester devant le Parlement suédois. Mais son mouvement a rapidement pris de l’ampleur et Greta est devenue une icône internationale. Depuis, Greta continue de manifester et de partager ses photos sous les hashtag #schoolstrike4climate (« sauter l’école pour le climat »).

Soutien des politiciens

De nombreux hommes politiques ont fait part de leur soutien à cette action, autant du côté flamand que du côté francophone, voire même européen. La marche a ainsi été applaudie par Kristof Calvo (Groen), Joris Vandenbroucke (sp.a), Raoul Hedebouw (PVDA / PTB), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Gilles Vanden Burre (Ecolo), Zakia Khattabi (Ecolo) ou encore Green Europe.

Le fondateur de l’extrême droite Shield&Vrienden et nouvelle tête de liste en indépendant pour le Vlaams Belang, Dries Van Langenhove, était également présent. Il se promenait avec une pancarte vantant les mérites de l’énergie nucléaire. De nombreux jeunes lui ont dit d’aller se faire foutre: « fuck you », pouvait-on entendre.

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Quelques images de la marche:

Et voici Greta Thunberg la semaine passée

Articles sponsorisés