Ça y est, la Belgique a finalement trouvé un accord sur le CETA!

Ça y est, la Belgique a finalement trouvé un accord sur le CETA!

Ça y est, il y a un accord entre Belges sur le CETA. Le texte a été envoyé à l’Europe, au COREPER (comité des représentants permanents) pour validation par les 27. Les différents parlements belges ont jusque demain, vendredi minuit pour s’exprimer sur la question. On dirait que Justin Trudeau peut bel et bien booker son billet pour la Belgique!

Sortez le champagne, les différentes entités fédérées de Belgique sont parvenues à un accord sur le CETA fin de matinée! Paul Magnette (PS) avait annoncé à son arrivée que tout pouvait aller vite et en effet, en deux bonnes heures, la fumée blanche est sortie. Là, le texte a été envoyé au COREPER, le comité européen des représentants permanents.

La RTBF a diffusé le texte de l’accord intra-belge. La filière agricole, qui était devenue le cheval de bataille du cdH de Benoît Lutgen n’est pas oubliée: si il y a “un déséquilibre de marché” (reste à préciser exactement ce que serait ce déséquilibre), l’état ou une des entités fédérées pourraient se protéger, et protéger sa filière agricole, en activant une clause de sauvegarde. Aussi, les entités fédérées germanophone et francophones de Belgique n’entendent pas ratifier le CETA sur base du système de règlement de différends entre investisseurs et parties – soit les fameux tribunaux d’arbitrage – tels qu’ils étaient présentés au jour de la signature du CETA.

C’est aujourd’hui que Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada, aurait dû venir signer l’accord de libre-échange entre son pays et l’Union européenne, le CETA. Seulement voilà, la Belgique ne pouvait pas laisser l’Union européenne aller signer ce traité puisque une partie de la Belgique n’était pas d’accord.

Prochaine deadline: vendredi

Donc maintenant, concrètement, les 27 états membres de l’Union européenne doivent regarder ce fameux accord intra belge et… être d’accord avec lui.

Et c’est d’ici demain soir minuit que le parlement fédéral et le parlement des entités fédérées (le parlement de la Région wallonne par exemple) doivent alors s’exprimer sur le document.

À condition qu’elles donnent toutes leur feu vert, Justin Trudeau peut bel et bien venir passer le weekend à Bruxelles et, au passage, signer l’accord de libre-échange. Donald Tusk, le président du Conseil européen ne se sent peut-être pas à 100% à l’abri d’une surprise: “J’appellerai Justin Trudeau seulement une fois que toutes les procédures seront complétées pour que l’Europe signe le CETA” a-t-il tweeté.

Articles sponsorisés