Ça a chauffé à Paris pendant la marche pour le climat qui a rassemblé 15.000 personnes

EPA

A Paris, les rassemblements ou manifestations finissent toujours par mal tourner. C’était encore le cas ce samedi lors d’une marche pour le climat qui a rassemblé 15.000 personnes. Mais comme d’habitude, des Gilets Jaunes et des manifestants radicaux sont venus mettre leur grain de sel.

A Paris, on avait décidé de marcher pour le climat ce samedi et pas vendredi, comme c’était le cas aux quatre coins du monde. 15.000 personnes se sont donc rassemblées dans les rues parisiennes mais tout a rapidement basculé dans la violence lorsque des Gilets Jaunes et des manifestants radicaux se sont mêlés à la fête.

On connait la chanson: vitrines vandalisées, barricades de fortunes, feux de poubelles, banques attaquées, les Champs Elysées et autres rues parisiennes se sont encore transformés en ville du far west. A 18h, la police annonçait avoir effectué 163 interpellations et 395 verbalisations. Toujours selon les autorités, 1.000 “manifestants radicaux” auraient infiltré la marche. Toutefois, il subsiste un débat sur le nombre de manifestants. Si les autorités parlent de 15.000 personnes, les organisateurs de la marche parlent de 50.000 personnes. Ça fait une grosse différence.

Une réussite malgré tout

Malgré ses violences, la marche climatique a pu atteindre son terme. Les marcheurs sont donc bien arrivés à Berçy en fin d’après-midi. C’est là qu’ils ont bloqué le pont de Tolbiac et la passerelle piétonne Simone de Beauvoir, en y déployant des banderoles. On pouvait y lire “Macron, pollueur de la Terre”.

Il n’empêche que l’ambiance n’était pas au beau fixe et les organisateurs ont regretté l’emploi de la force par les forces de l’ordre à l’encontre des marcheurs. “45 minutes après le départ, les forces de l’ordre ont projeté sans sommation plusieurs grenades de désencerclement dans le cortège. Les manifestants ont dû faire marche arrière, ils sont stupéfaits, sous le choc”, a raconté à l’AFP une porte-parole d’ANV-COP21.

Dans tous les cas, les affrontements entre police et manifestants se sont poursuivis jusque tard dans la soirée, offrant à Paris de nouvelles scènes de guerre.

Voici quelques images

Et pendant que les lacrymos explosent, les manifestants chantent

Le bruit des matraques

Mais on retiendra surtout ça: la marée humaine marchant pour le climat

Articles sponsorisés