Boire de l’alcool la nuit sur le piétonnier de Bruxelles va devenir interdit

Unsplash

Philippe Close (PS), bourgmestre de Bruxelles, veut gérer sa ville. Alors que le piétonnier est sous le feu des critiques, avec une hausse des vols à la tire et de nuisances sonores, il a annoncé ce matin au micro de Bel RTL sa volonté d’interdire la consommation d’alcool sur le piétonnier entre minuit et six heures du matin.

“Il faut traiter le problème, on ne peut pas vouloir un grand espace public libéré mais constater que les gens n’osent pas y aller”, a-t-il argumenté. Il a aussi pointé que le comportement de la personne jouera sur la potentialité d’une arrestation ou d’une amende: dans ces propos, on pourrait déduire que les policiers seront plus indulgents si la personne ciblée n’est pas dans un état alcoolisé avancé.

Flagey, un échec de l’interdiction

Vouloir empêcher les Bruxellois de boire la nuit sur la voie publique, ce n’est pas nouveau. Quiconque a eu l’occasion de sortir à Flagey l’année dernière se souvient de l’époque où même le Belga devait ranger sa terrasse à une heure tapante et les night shops n’avaient plus le droit de vendre la moindre bière.

Une mesure qui n’aura pas fait long feu, notamment avec l’arrivée d’un nouveau bourgmestre, Christos Doulkeridis (Ecolo) en lieu et place de Dominique Dufourny (MR).

Tapage nocturne versus quartiers festifs

Ce n’est pas la première fois qu’on tente de lutter contre “les personnes en état d’ébriété permanente, qui ne sont plus maîtres d’elles-mêmes” dans le centre de la ville, comme les appelle Philippe Close (PS). Durant le mondial de 2014, il était interdit d’acheter de l’alcool après 22 heures dans les quartiers de la Bourse, Sainte Catherine et de la Grand-Place.

C’est l’éternel débat entre tapage nocturne et quartiers festifs: quand certains ont envie de dormir paisiblement et soutiennent les mesures d’interdiction d’alcool, d’autres argumentent que vivre au Cimetière d’Ixelles, à Flagey ou à la Bourse comporte des désagréments qu’il faut appréhender en amont? Un débat qui déchire autant les Bruxellois que le piétonnier lui-même.

En conclusion: attention aux nombreuses personnes qui boivent un coup sur le piétonnier passé minuit. Dès janvier, des descentes de police armée de Procès-Verbaux risquent d’avoir lieu. Pas sûr que ça dure, mais vous êtes prévenus.

{ "slotId": "", "unitType": "responsive", "pubId": "pub-2073975365497591", "resize": "auto" }

Articles sponsorisés