Bart De Wever défend Vandeput: “Pourquoi ne pas se tourner vers le ministre, mais vers le sp.a?”

Bart De Wever défend Vandeput: “Pourquoi ne pas se tourner vers le ministre, mais vers le sp.a?”

Dans l’affaire des F-16, le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) n’est plus seul face aux critiques. Son président de parti Bart De Wever a pris la parole pour lui venir en aide. Pourquoi l’auteur de la fuite a choisi d’informer les socialistes plutôt que son supérieur direct, demande-t-il.

De nombreux haut gradés au ministère de la Défense, dont trois généraux, ont renoncé à leurs fonctions mercredi suite au scandale des F-16. Ils ont préféré se retirer le temps que l’enquête stipule leur rôle dans la non-transmission d’une étude Lockheed Martin au ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA).

Pour quelle raison ce rapport, qui indiquait que les avions de chasse avaient potentiellement une durée de vie plus longue que prévue, a-t-il fini sur la table du sp.a et non entre les mains de Vandeput? C’est la question que se pose actuellement le ministre de la Défense et son président de parti Bart De Wever. Interrogés par la VRT, les deux hommes ont accusé l’opposition socialiste de miner leur travail politique.

Qui et pourquoi?

Selon Belga, il semblerait que le lanceur d’alerte ait transmis le rapport concernant la durée de vie des avions de chasse à deux généraux ainsi qu’au colonel chargé du programme de remplacement des F-16, Harry Van Pee. Il aurait demandé de tout envoyer au chef de la défense mais cela n’aurait jamais été fait.

“Il est remarquable qu’un tel document ne parvienne pas au ministre…. L’autre question porte sur l’auteur de la fuite et pourquoi celui-ci a délibérément choisi de ne pas se tourner vers le ministre, mais vers le sp.a”, a déclaré Bart De Wever à la VRT.

“Le sp.a veut me porter un préjudice politique. J’ai déjà dû avaler beaucoup de mensonges au cours des derniers jours. De plus, son président dit ouvertement que nous devons peut-être renoncer à tous les dossiers d’investissements pour la Défense. En fait, nous choisissons de facto de rester le raté de l’Otan et de faire ce que l’on a fait depuis des années: démanteler la Défense”, a ajouté Steven Vandeput, à la la VRT.

Articles sponsorisés