Après les centrales fissurées, la Belgique va stocker les déchets nucléaires du Luxembourg

Après les centrales fissurées, la Belgique va stocker les déchets nucléaires du Luxembourg

Notre Premier ministre Charles Michel et le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel se sont rencontrés aujourd’hui pour évoquer l’avenir de l’Europe. Les deux hommes ont évoqué les dangers des centrales nucléaires de Thiange 2 et Doel 3. Le Luxembourg a rappelé qu’il fallait fermer ces centrales dangereuses. Ensuite, ils ont décidé que la Belgique servirait de poubelle aux déchets radioactifs en provenance du Grand-Duché du Luxembourg.

La Belgique ne devrait pas enfouir d’Uranium appauvri dans son sous-sol mais notre pays va tout de même servir de dépotoir aux déchets radioactifs en provenance du Grand-Duché du Luxembourg. Ces déchets, ce sont, entre autres, des détecteurs de fumées ioniques.

Ce lundi, le gouvernement fédéral belge et le gouvernement luxembourgeois ont signé “un accord bilatéral permettant la gestion et le stockage définitif des déchets radioactifs luxembourgeois en Belgique”, peut-on lire dans le communiqué gouvernemental officiel. “Ces déchets radioactifs, faibles en activité et en quantité, proviennent majoritairement de produits de consommation historiques.”

Pas de centrale au Luxembourg

Il n’y a pas de centrale nucléaire sur le territoire du Grand-Duché. C’est la raison pour laquelle le pays ne nous enverra pas des centaines de tonneaux suspects et hautement toxiques. Mais ils nous enverra des produits à usage domestique difficilement recyclables comme les détecteurs de fumées ioniques.

En Belgique, ces détecteurs de fumée sont interdits. “À partir du 1er janvier 2020, leur utilisation privée sera à son tour prohibée”, peut-on lire sur le site de l’AFNC, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire. Ces détecteurs ne sont pas dangereux tant qu’ils fonctionnent bien – comme les centrales nucléaires – mais lorsqu’ils se mettent à déconner, ils présentent des risques pour la santé. Si le dispositif se met à fuir, il peut libérer des particules radioactives qui, en contact avec le foie ou le poumon, peuvent attaquer sérieusement le métabolisme humain.

Danger et mise en application

Le danger, pour nous Belges qui allons accueillir ces déchets, serait de stocker ces détecteurs de fumées dysfonctionnels. Car si dysfonction il y a, risque de fuite il y a. Et ces fuites, où vont-elles normalement? Dans le sol, puis dans l’eau, puis dans les nuages, puis sur nos têtes, etc… On suppose donc que le gouvernement a pris les mesures nécessaires afin que le stockage de ces déchets se fasse dans des environnements étanches.

L’accord n’a pas encore été ratifié, ce n’est donc pas encore sûr que nous allons servir de décharge radioactive au Grand-Duché du Luxembourg. “Les deux parties se sont engagées à déposer leurs instruments de ratification de l’accord avant la fin de l’année.” Mais les deux gouvernements sont très contents de cette décision qui est “une première en Europe”.

Entendez, c’est la première fois qu’un pays européen accepte de servir de déchetterie nucléaire pour un autre pays. Les autres pays qui enterrent les déchets nucléaires de l’Europe sont généralement en Afrique, comme le Gabon et le Niger qui se tapent les déchets d’Areva. Bref…

Sûreté Nucléaire et Radioprotection

Les deux gouvernements se sont félicités “du bon fonctionnement de la Commission Belgo-Luxembourgeoise de Sûreté Nucléaire et de Radioprotection.” Ils sont contents de voir qu’une commission d’experts examine l’état de nos centrales nucléaires et que ces experts puissent donner leurs avis sur les fissures des cuves de réacteurs de Tihange 2 et Doel 3.

Les deux Premiers ministres ont rappelé qu’ils amélioreraient la transparence concernant la communication autour du nucléaire. Il faut savoir que le Grand-Duché du Luxembourg a récemment rejoint l’Allemagne pour demander l’arrêt de ces deux centrales. Et que Xavier Bettel a fait remarquer qu’il se sentirait plus à l’aise lorsque les centrales seront fermées en 2025.

On espère juste que le gouvernement belge n’a pas accepté de stocker les déchets radioactifs luxembourgeois en échange d’un arrêt de la demande de fermeture. Parce que vu comme c’est parti, cela nous fera juste une double ration de radioactivité. Et ça, nos enfants ne nous remercierons jamais pour cela.

Source: Premier, AFCN

Articles sponsorisés