Après les attaques de Londres, le niveau de la menace en Belgique est maintenu au niveau 3

Après les attaques de Londres, le niveau de la menace en Belgique est maintenu au niveau 3

Ce qu’il s’est passé à Londres n’a pas d’impact sur le niveau sécuritaire en Belgique pour le moment. Le niveau de la menace reste donc bien à trois sur une échelle de quatre. Selon le porte-parole du centre de crise des Affaires Intérieure, Peter Mertens, ce qu’il s’est passé à Londres n’avait aucun lien avec la situation en Belgique. 

Le 22 mars restera à jamais graver dans les mémoires. Il y a près d’un an, c’était les attaques à Zaventem et à Maelbeek. Hier, c’était Londres qui était la victime du terrorisme. Cinq personnes sont décédées et une quarantaine de personnes sont blessés.

Malgré tout cela, le porte-parole du centre de crise des Affaires Intérieure, Peter Mertens, a affirmé que ce qu’il s’est passé à Londres n’avait aucun lien avec la situation en Belgique. De fait, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) considère que la Belgique n’est pas plus menacée qu’elle ne l’était déjà depuis les événements d’hier.

En conséquence, le niveau de la menace reste pour le moment au niveau trois et les mesures de sécurité sont maintenues. Mais une chose est sûre, les personnes responsables de la sécurité en Belgique doivent rester vigilantes.

La Chambre

Siegfried Bracke, la porte-parole du président de la Chambre des représentants a indiqué que le Parlement fédéral n’allait normalement pas prendre des mesures de sécurité complémentaires après Londres. Car oui, les bâtiments de la Chambre et du Sénat ont déjà mis en place des mesures de sécurité renforcées étant donné que le niveau de la menace est à trois.

La porte-parole du président de la Chambre, Siegfried Bracke, a pour sa part affirmé plus tôt dans la journée que le parlement fédéral n’avait pas prévu de prendre des mesures de sécurité complémentaires après les attaques de Londres. Depuis le passage au niveau 3 de la menace, les bâtiments qui abritent la Chambre et le Sénat font en effet déjà l’objet de mesures de sécurité renforcées.

iStock

Articles sponsorisés