Après la jungle de Calais, Paris: 2.500 migrants sont en train de se faire contrôler dans le nord de la ville avant l’évacuation

Après la jungle de Calais, Paris: 2.500 migrants sont en train de se faire contrôler dans le nord de la ville avant l’évacuation

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a récemment adressé une lettre au gouvernement français afin d’exprimer son inquiétude quant aux 2.500 migrants qui vivent dans des « conditions humanitaires catastrophiques ». Elle n’est pas la seule à vouloir trouver une solution. Le premier ministre Manuel Valls a déclaré la semaine dernière que le camp de migrants à Paris allait être évacué. Une opération de contrôle a commencé ce matin avant que l’évacuation ne commence… 

Est-ce qu’avec l’évacuation de la jungle à Calais le problème allait être enterré une bonne fois pour toute? La réponse est non. Le problème existe ailleurs. Depuis quelques jours, près de 2.000 migrants se sont réinstallés dans le nord de Paris, plus précisément dans le quartier de Stalingrad au moment où la jungle de Calais a été détruite.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a envoyé une lettre il y a trois jours à Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur français, et Emmanuelle Cosse, la ministre en charge du logement, afin d’exprimer son inquiétude quant à la situation des migrants dans la capitale française.

Ils sont 2.500

C’est C politique (une émission de France 5) qui a dévoilé le contenu de la lettre sur Twitter (voir tweet ci-contre). Dans le document, la maire de Paris dénonce « la situation humanitaire et sanitaire dramatique des migrants qui occupent depuis plus de deux mois les abords du métro Stalingrad ».

La maire témoigne dans sa lettre que des nouveaux campements se sont reconstitués dans la ville après « chacune des opérations de mise à l’abri ». « Depuis environ une semaine, il y a une augmentation significative du nombre de migrants. Ils seraient 2.500 actuellement », écrit-elle. Elle termine sa lettre en demandant à l’État de prendre ses responsabilités et de mener à bien la mise à l’abri des migrants.

Et puis… grosse opération de contrôle ce matin dans le quartier de Stalingrad avant l’évacuation

La maire de Paris n’était pas le seule à vouloir se charger du problème. Le Premier ministre français, Manuel Valls, avait déclaré le semaine dernière qu’une opération devait avoir lieu dans le nord de Paris cette semaine. Il a affirmé que la France ne pourrait pas « aux yeux du monde, ne pas être capable d’assurer sa tradition d’accueil », peut-on lire dans le journal 20 minutes.

Une opération de contrôle a commencé ce lundi matin vers 8H00. Le journal 20 minutes témoigne que durant l’opération, la police vérifie les papiers et la situation administrative des migrants. Elle fait la distinction entre les sans-papiers et ceux qui ont fait une demande d’asile. Les journalistes sur place rapportent que l’ambiance sur place est assez tendue.

Les contrôles sont assez fréquentes. Les forces de l’ordre font cela afin de préparer l’évacuation qui va arriver très bientôt.

Articles sponsorisés