Après 14 jours en mer, Greta Thunberg a débarqué à New York

Twitter de Greta Thunberg

La militante climatique suédoise Greta Thunberg est arrivée à New York après un voyage de quinze jours en bateau. Elle a dû attendre la douane à distance de la côte avant de pouvoir s’amarrer à la North Cove Marina de Manhattan. Thunberg est parti de Plymouth, au Royaume-Uni, et participera au sommet de l’ONU sur le climat à New York.

Vers 2h30 en Belgique, la jeune militante de 16 ans a envoyé son dernier tweet. Elle y a remercié tous ceux qui la soutiennent et a annoncé qu’elle se reposerait quelques jours afin de se préparer au sommet de l’ONU sur le climat.

Terre en vue

Hier matin, Thunberg a annoncé que la terre était en vue. De loin, elle a vu les lumières de Long Island et de New York.

L’ONU apporte son soutien à la cause

De plus, les Nations Unies ont envoyé dix-sept bateaux aux militants climatiques. Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a personnellement accueilli Thunberg à New York : ” La détermination et la persévérance dont vous avez fait preuve au cours de ce voyage devraient nous encourager tous à participer au sommet sur le climat le mois prochain. Nous devons répondre aux demandes des gens du monde entier pour faire face à la crise climatique.”

Pas de douche, cuisine ou lit

Thunberg a traversé l’océan Atlantique en voilier avec son équipage pour assister au sommet de l’ONU sur le climat à New York. La jeune Suédoise de 16 ans ne souhaitait pas prendre l’avion et estime qu’il est important de voyager en toute neutralité climatique. Grâce aux médias sociaux, tout le monde a pu suivre son voyage de près. Le père de Thunberg était aussi de la partie.

Dire que ce n’était pas un voyage de luxe est un euphémisme. Les toilettes consistaient en un seau bleu et il n’y avait ni douche, ni cuisine, ni lit à bord. C’était un voilier de haute technologie, équipé d’électricité, boosté par des panneaux solaires et des turbines sous-marines.

Avec son voyage en voilier, Thunberg ne veut pas seulement limiter son empreinte écologique : “C’est aussi un signal que la crise climatique existe vraiment”.

Anuna un mois et demi en mer

La militante climatique belge Anuna De Wever traversera également l’océan Atlantique en octobre pour une conférence sur le climat au Chili. A l’instar de son idole, De Wever voyagera également en voilier, en compagnie de trente autres jeunes. Ce faisant, ils veulent attirer l’attention sur l’industrie aéronautique polluante.

Les jeunes quitteront Scheveningen le 2 octobre avec le trois-mâts Regina Maris. Entre la Scheveningen et New York, ils feront quatre arrêts : Casablanca, Tenerife, Cabo Verde et Recife. La militante climatique francophone Adélaïde Charlier voyagera également avec le voilier. On ne sait pas encore comment le groupe reviendra.

Articles sponsorisés