Visées par la justice américaine, les e-cigarettes Juul arrivent en Belgique ce mardi

Getty

Depuis plusieurs jours, les cigarettes électroniques font la une de l’actualité outre-Atlantique. De plus en plus utilisées par les ados, la justice américaine a interdit la vente de ces clopes nouvelle génération. Mais en Belgique ce mardi, les e-cigarette Juul vont arriver sur le marché avec leur taux de nicotine élevé.

Lors de son arrivée sur le marché, la cigarette électronique était vue comme le messie capable de mettre à mal la domination de la cigarette en permettant à de nombreux fumeurs de faire une croix sur leurs tiges. Mais quelques années plus tard, l’e-cigarette est dans l’oeil du cyclone.

La semaine dernière, le gouvernement américain a annoncé qu’il allait interdire la vente de cigarette électronique dans les prochains mois. La raison est simple: les ados sont de plus en plus nombreux à vapoter et surtout de plus en plus jeunes. Ils deviennent donc très rapidement accros à la nicotine. Plus qu’avec des cigarettes classiques puisque vapoter est plus attractif. Le bilan est sans appel: un lycéen sur 4 vapote aux États-Unis.

L’interdiction de vente concernera surtout les liquides aromatisés qui font fureur chez les jeunes. L’interdiction serait effective à partir du 4 octobre. Le département de la santé des États-Unis informera les vendeurs de la nouvelle réglementation pendant deux semaines. Les produits aromatisés au tabac pourront continuer à être vendus mais devront demander une autorisation de mise sur le marché d’ici mai 2020.

Juul arrive en Belgique

Il existe une marque qui a parfaitement réussi à cibler les jeunes dans ses campagnes marketing: Juul (rien à voir avec le rappeur). Une marque qui fait beaucoup parler d’elle parce qu’elle propose des liquides aromatisés avec un taux de nicotine bien plus élevée que la moyenne:  59 mg de nicotine/litre. Pour rappel, l’Union européenne n’autorise que des taux à 20 mg/litre.

Eh bien sache que cette marque controversée arrivera ce mardi sur le marché belge. Alors certes, aux États-Unis, cette marque abuse clairement sur le dosage de la nicotine. Mais en Europe, elle est obligée de revoir sa recette comme elle l’a fait dans les pays où elle est déjà implantée: France, Allemagne ou bien le Royaume-Uni.

Mais tout de même, cela soulève des questions d’ordre moral. On laisse ainsi entrer sur le marché une marque qui a ciblé les jeunes dans leur campagne de pub sur Twitter et Instagram (des campagnes supprimées depuis) tout en mettant en avant sa lutte contre le tabagisme. Une position contradictoire vu que Juul propose les taux de nicotine les plus élevés du marché. Ok on ne fume plus de tabac avec Juul mais on se gave tout de même de nicotine, la substance qui crée justement une dépendance dans la cigarette.

Un patron face à la justice

D’ailleurs, autre fait d’arme à mettre à l’actif de Juul: la Food and Drug Administration (FDA), la principale autorité sanitaire aux USA, avait organisé l’année dernière une petite visite surprise au siège de l’entreprise à San Francisco. En recueillant plusieurs documents, la FDA était en mesure d’adresser une lettre à Kevin Burns, patron de Juul, où était énumérée toute une série de violations dans les pratiques de marketing et les messages publics de la marque.

Par exemple, un représentant de la marque avait fait une présentation des produits Juul dans une école en expliquant que les cigarette électronique Juul était “99% plus saines que les cigarettes”. Spoiler alert: c’est faux.

Problèmes de santé

C’est le problème avec la cigarette électronique: on ne sait pas trop identifier les problèmes de santé qu’elle cause. Cela dit, on signale tout de même plusieurs cas inquiétants de problèmes de santé aux États-Unis. Et ce n’est pas anodin: 6 personnes sont mortes suite à des problèmes respiratoires causés par la vapeur des cigarettes électroniques. Et ce n’est pas tout: on recense 471 cas d’infections respiratoires graves chez des personnes adeptes de la “vape”.

Dans ces cas-là, les patients toussent, s’essoufflent ou n’arrivent plus à respirer. Pire: des jeunes en bonne santé sombrent dans des comas artificiels. Et comme on l’a dit, on ignore quel ingrédient des liquides provoque tous ces problèmes. Plusieurs hypothèses: le THC contenu dans certains liquides (une substance présente dans le cannabis) ou bien une huile de vitamine E. Mais alors que l’offensive contre les cigarettes électroniques s’intensifie aux États-Unis, une nouvelle marque débarque chez nous en Belgique dans l’indifférence quasi générale.

Articles sponsorisés