Accueillir les migrants, c’est signer l’arrêt de mort de la sécurité sociale estime De Wever

Accueillir les migrants, c’est signer l’arrêt de mort de la sécurité sociale estime De Wever

Bart De Wever a écrit une carte blanche dans laquelle il plaide pour la fermeture des frontières en Europe. Dans sa lettre, le grand patron de la N-VA ajoute également qu’accueillir les migrants met en danger la pérennité de la sécurité sociale. Cette déclaration a fait bondir les organisations de gauche et de défense des migrants.

Si la gauche persiste à garder les frontières ouvertes, la sécurité sociale telle que nous la connaissons cessera d’exister. Voici en substance ce qu’a rédigé ce mercredi le président de la N-VA Bart De Wever dans les colonnes du Morgen. “Je suis pour une Europe aux frontières fermées”, a-t-il ajouté sur Radio 1.

C’est suite aux mouvements du week-end passé, qui se sont organisés en faveur des migrants bloqués dans le parc Maximilien, que le bourgmestre d’Anvers a tenu à clarifier sa ligne dure. L’hébergement citoyen et la chaîne humaine, soutenus par des partis de gauche, sont la preuve qu’une “certaine fraction de la population de ce pays veut de facto ouvrir les frontières”, estime De Wever. Pour lui, ceci mènera à la création d’un “second Calais” en Belgique.

Facebook Plateforme Hébergement Citoyen

Sécurité sociale en danger?

“Il y a 37 millions de Soudanais, qui souhaitent sans aucun doute une vie meilleure. Avons-nous le devoir moral de recevoir tous ces 37 millions?”, écrit le chef de la N-VA. “Dans ce désespoir moral, une industrie d’avocats de gauche, d’ONG et d’activistes s’est trouvée un fond de commerce. Selon eux, ce gouvernement a une politique inhumaine, égoïste et sans cœur”.

Cette gauche devrait donc choisir entre prendre soin de tout le monde en gardant les frontières ouvertes ou maintenir le système social belge à son niveau actuel. Si nous mettons notre sécurité sociale à la portée de tous, ils s’effondreront, écrit De Wever. Sa vision de l’avenir? Les plus riches “se retireront dans des communautés fermées avec une surveillance privée où leurs enfants iront à des écoles privées et les résidents eux-mêmes paieront pour leur retraite et leurs soins privés.”

epa

Qu’en pense la gauche?

Sur Twitter, la co-présidente d’Ecolo écrit: “Ce qui sauverait la sécu, M. De Wever, c’est d’élargir l’assiette fiscale, rétablir une justice fiscale et alimenter ainsi les rentrées de l’Etat. Alors, Bart De Wever, sauver la sécu ou les fraudeurs ?”

La président de Groen Meyrem Almaci s’insurge également sur Twitter. “Aucun parti ne préconise l’ouverture des frontières. De Wever organise la compétition entre les réfugiés et les malades, les pauvres et les retraités. Les progressistes plaident pour l’humanité et la migration contrôlée. il faut arrêter la démagogie dangereuse. “

Même son de cloche au PS. “Ce ne sont pas les réfugiés/migrants qui affaiblissent la sécurité sociale mais la politique du gouvernement”, tweete le député socialiste Jamal Ikazban.

Articles sponsorisés