À Liège, PS, MR, Ecolo et cdH sont tous du même avis: NON aux visites domiciliaires

À Liège, PS, MR, Ecolo et cdH sont tous du même avis: NON aux visites domiciliaires

Libéraux, écolos, chrétiens-démocrates et socialistes qui se mettent d’accord pour s’opposer à un projet de loi gouvernemental, on ne voit pas ça très souvent en Belgique. C’est pourtant le cas à Liège. Le conseil communal a voté à l’unanimité contre le projet du gouvernement d’autoriser les visites aux domiciles des citoyens qui hébergent des sans-papiers.

Christine Defraigne félicitée sur Twitter par Julie Fernandez Fernandez, c’est un événement plutôt rare. La députée PS et Échevin liégeoise a souligné le courage de la position de la cheffe de file MR au conseil communal de Liège. Que s’est-il passé?

Le conseil communal de Liège a décidé à l’unanimité de rejeter la proposition du gouvernement autorisant la police à entrer chez ceux qui hébergent des migrants. La motion a été déposée par le conseiller écolo Guy Krettels et tous – PS, Ecolo, cdH, MR et Vega – se sont mis d’accord: ils refusent que « les juges d’instruction soient utilisés comme des collaborateurs de l’Office des étrangers ».

Partant du principe « que la loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public » et considérant comme cynique le projet de loi « qui implique de facto qu’une personne illégale puisse être plus que toute autre personne assimilée à un danger pour l’ordre public », le conseil communal de Liège a demandé au parlement fédéral de rejeter ce projet de loi, relève Sudpresse.

« Revoir le projet »

Rappelons que Defraigne est également la présidente du Sénat de Belgique. Sur Twitter, elle écrit à propos des visites domiciliaires: « L’article 15 de la Constitution prévoit l’inviolabilité du domicile et les exceptions à ce principe sont strictissimes. Le groupe MR de Liège demande de revoir le projet de loi de manière à ce qu’il soit conforme à la Constitution ».

Cette déclaration va dans le sens inverse de ce que soutient jusqu’à maintenant sa famille politique libérale également membre de la coalition gouvernementale. Mais Defraigne précise à la RTBF qu’il n’y a pas de dissension entre MR liégeois et le reste des libéraux belges. « Notre ADN, c’est de préserver la constitution, les droits fondamentaux et d’atteindre des objectifs légitimes par des moyens proportionnés. »

Du côté de Willy Demeyer, on se félicite de cette décision unanime. Le bourgmestre socialiste de Liège s’est dit « fier de présider ce conseil communal » et a ajouté que la motion va être transmise au président de la Chambre, aux différents groupes parlementaires, au Premier ministre Charles Michel, au ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et au ministre de la Justice Koen Geens (CD&V).

Articles sponsorisés