À l’abordage! Le Parti pirate doit maintenant former un gouvernement en Islande

À l’abordage! Le Parti pirate doit maintenant former un gouvernement en Islande

Le Parti pirate pourrait frapper un grand coup en Islande. Arrivé en troisième position aux élections législatives, il a été mandaté par le président de la République pour tenter de former un gouvernement de coalition. C’est un coup de poker alors que les deux principaux partis de droite et de gauche ont échoué.

Pour Birgitta Jonsdottir, c’est “historique”, comme elle l’a dit sur Twitter. Car voilà que son Parti pirate, qu’elle a cofondé en 2012, est désormais chargé de tenter de créer un gouvernement de coalition en Islande. C’est ce qu’a demandé le président islandais Gudni Johannesson aux “Pirates”.

“Dans la journée, j’ai rencontré les chefs de tous les partis et leur ai demandé qui d’après eux devait mener ces négociations. Après cela, j’ai invité Birgitta Jonsdottir et lui ai transmis le mandat”, a fait savoir Johannesson devant les médias vendredi.

Une coalition à cinq?

Une sacrée pression pour le parti pirate, qui profite des échecs des partis qui l’ont devancé aux récentes élections législatives. Le parti de l’indépendance (le Sjálfstæðisflokkurinn, de droite, conservateur), arrivé en tête de cette élection, n’a pas réussi à s’entendre avec d’autres partis pour un gouvernement de coalition. Puis c’est le Mouvement gauche-Verts qui a échoué à s’entendre avec quatre autres partis (!). Ces deux principaux partis n’ont pas non plus réussi à s’accorder entre eux ensuite.

Du coup, les Pirates se retrouvent en première ligne maintenant. Il devrait tenter de créer un gouvernement de coalition avec les socialistes (Samfylkingin), les Verts (Vinstrihreyfingin – Grænt framboð), les libéraux du centre (Björt framtid, “Avenir radieux”) et un parti du centre-droite (Viðreisn, “Renaissance”). Un pari ambitieux: cinq partis politiques doivent parvenir à s’entendre pour créer un gouvernement donc.

Articles sponsorisés