Left Right
scrollTop top

Une nouvelle comète va passer nous faire un petit coucou pour les fêtes de fin d’année


© Leonard vient nous rendre visite pour la première fois depuis qu’on connait son existence. Copyright : University of Hertfordshire Observatory

Il s’appelle Leonard, et cet objet céleste était encore inconnu l’année passée. Voila que pour les fêtes, il nous offre un petit passage à proximité de notre planète. Très près.

Une comète qui vient croiser à proximité relative de l’orbite terrestre, cela n’a pas lieu tous les jours, et la voir arriver juste à temps pour la période de fin d’année est encore moins banal, à tel point qu’on peut y voir bien des symboliques. Mais quand l’objet spatial en question n’est connu que depuis un an et n’a jamais été observé d’aussi près, c’est véritablement exceptionnel. Et pas que pour les scientifiques : cette comète passera tellement près de chez nous qu’il ne sera pas impossible qu’elle soit visible à l’œil nu.

La comète en question répond au nom for peu prononçable de C/2021 A1 (Leonard), mais on l’appelle plus communément Leonard, en hommage à celui qui l’a découverte, l’astronome Gregory J. Leonard. Celui-ci a eu la surprise de découvrir cet objet inconnu dans sa lunette de l’observatoire du mont Lemmon, en Arizona, le 3 janvier 2021. Soit il y a presque un an tout juste.

Un croiseur spatial venu de très loin

Leonard est un croiseur spatial à trajectoire très hyperbolique venu des confins du système solaire, avec une aphélie (la distance maximum par rapport à son étoile) estimée à 3 500 fois la distance entre la Terre et le Soleil et sur lequel, finalement, on ne sait pas grand-chose. Mais comme il est en voyage à proximité, c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur lui. Le 13 décembre prochain, C/2021 A1 passera au plus près de notre Planète, à 34 millions de kilomètres, ce qui reste éloigné. Six jours plus tard, le 19 décembre, ce sera au tour de Vénus de l’accueillir dans son voisinage, et cette fois on peut parler presque d’effleurement car elle passera à seulement 4 millions de kilomètres de la surface de la planète.

Coïncidence : la comète atteindra son périhélie – sa plus grande proximité avec le Soleil – le 3 janvier 2022, un an jour pour jour après sa découverte. Elle passera à 90 millions de kilomètres de l’étoile, ce qui devrait être suffisant pour qu’elle réchappe à son immense attraction, mais le risque est réel qu’elle se disloque sous la chaleur, selon la part de glace dans sa composition. Ce qui ferait de ce passage dans notre voisinage la première et unique occasion de l’observer.

Rendez-vous dans 35 000 ans

En tout cas de nombreux astronomes, amateurs ou chevronnés, ne comptent pas manquer le spectacle et se préparent à traquer Leonard dans le ciel nocturne. D’autant qu’il devrait passer assez près pour qu’on puisse l’observer à l’œil nu aux environs du 12 décembre, même s’il est conseillé de garder à portée jumelles et télescopes pour repérer plus aisément un objet aussi discret et intermittent. Les sites spécialisés listent déjà tous les détails pour bien s’orienter et maximiser ses chances de l’apercevoir. Attention, si vous la ratez, et que Leonard échappe au soleil, la prochaine occasion de l’apercevoir est prévue dans 35 000 ans.

Lire aussi:


Ces articles pourraient aussi vous intéresser…