2,5 millions de tonnes de soja par an: la Belgique a aussi sa part de responsabilité dans la déforestation

WWF

Greenpeace replace l’église au milieu du village et pointe nos carbonnades flamandes. Le soja que nous importons en grande quantité provient d’Amérique du sud.

On a beau pointer les responsabilités de Jair Bolsonaro et de son gouvernement, il ne faudrait pas oublier que chaque pays tient sa part de responsabilité. De par nos importations extravagantes, nous favorisons la déforestation et les incendies qui en découlent.

Le Cerrado fait 22% de la surface du Brésil et abrite une végétation et une biodiversité exceptionnelles/Greenpeace.

Greenpeace rappelle que près de 85.000 feux ont été détectés cette année rien qu’au Brésil, dont 44.000 en Amazonie et 26.000 dans le Cerrado (la savane du centre du Brésil).

Or pour assouvir notre appétit, il faut 860g de soja pour produire 1kg de porc belge, 670 g pour 1 kg de viande de volaille, 443 g pour 1 kg de bœuf et 610 g pour 1 kg d’œuf. Quand on sait que le Belge consomme en moyenne 17 kg de viande fraîche par an, les compteurs s’affolent.

Une Belgique entière de soja

Entre 2013 et 2017, la Belgique a importé en moyenne 2,5 millions de tonnes de soja par an. 75% de ce soja était destiné à l’élevage, surtout pour les porcs et les volailles flamandes. C’est bien simple, si on voulait produire nous même ce soja et limiter son importation, il faudrait 2,7 millions d’hectares, soit à peu près la surface de la Belgique (3 millions d’hectares).

Certes le Belge diminue sa consommation de viandes en trouvant des substituts végétariens (1/5e de la population). Mais il reste du boulot: selon une enquête menée en 2018 par GfK Belgium et iVox pour le compte du VLAM, centre flamand de marketing agricole et de la pêche, 72% des répondants indiquent consommer de la viande une à cinq fois par semaine.

Articles sponsorisés