12.000 migrants sauvés depuis dimanche, c’est trop! L’Italie menace de fermer ses ports et appelle à la solidarité

12.000 migrants sauvés depuis dimanche, c’est trop! L’Italie menace de fermer ses ports et appelle à la solidarité

Les migrants n’en finissent plus de débarquer sur les côtes italiennes. Depuis dimanche dernier, 12.000 réfugiés secourus au large de la Libye ont trouvé refuge dans la botte de l’Europe. Face à cet afflux massif et incessant, les autorités italiennes menacent de fermer les ports, ce qui serait catastrophique pour les milliers d’adultes et de mineur qui fuient les conflits dans leur pays.

« La situation a atteint la limite du supportable ». C’est ce qu’écrit le représentant de l’Italie, Maurizio Massari, dans une lettre adressée au commissaire européen chargé de l’immigration, Dimitri Avramopoulos. C’est que les réfugiés ne cessent d’affluer aux côtes italiennes. Les chiffres sont impressionnants: depuis le début de l’année, selon le ministère de l’Intérieur italien, 73.873 personnes dont 9.761 mineurs ont été accueillis en Italie, c’est 14% de plus qu’en 2016. Depuis dimanche, 12.000 migrants ont été secourus au large de la Libye dont 5.000 rien que lundi.

En effet, les gardes-côtes italiens coordonnent des opérations de sauvetage en Méditerranée accompagnés de bateaux d’autres ONG. Une fois les migrants sauvés, ils sont ramenés en Italie où ils sont placés dans des centres d’accueil dont la capacité est largement saturée. Vu cette situation « insupportable », l’Italie menace de fermer ses ports.

Saturation

Pour lutter contre cette catastrophe humaine, l’Italie appelle à la solidarité de ses partenaires européens. Le président de la République italien, Sergio Mattarella a fait une déclaration lors de sa visite à Ottawa au Canada: « Si on continue avec ces chiffres, la situation va être ingérable même pour un pays grand et ouvert comme le nôtre. La situation à laquelle nous sommes exposés est grave, et l’Europe ne peut pas lui tourner le dos. » Il termine en disant que « l’Italie a atteint un point de saturation ».

Le problème, c’est que les solutions alternatives pour accueillir les réfugiés ne sont pas nombreuses. Et depuis le début de la crise migratoire en 2010, c’est toujours la même ritournelle: il faut avant tout régler les conflits dans les pays touchés par la guerre. En tout cas, selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés, 2.005 personnes sont mortes ou portées disparues depuis le début de l’année en Méditerranée. Et ça ne va pas aller en s’améliorant si l’Italie décide réellement de fermer ses ports.

Articles sponsorisés