La lose: l'application d'alerte du gouvernement français a envoyé l'alerte pour l'attentat de Nice deux heures plus tard...

L'application SAIP (Système d'alerte et de protection des populations) a été fortement critiquée pour sa lenteur. De fait, l'application a envoyé l'alerte aux utilisateurs deux heures après l'attentat de Nice, ce qui est trop tard. 

Les utilisateurs de l'application ont reçu l'alerte vers 1h34. Soit presque deux heures après l'attentat...

Une application inutile pour le coup

L'application SAIP a été conçue suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Le but de cette application est de prévenir du danger, et de donner des conseils sur la conduite à tenir dans des moments de crise. C'est la préfecture qui transmet l'alerte à l'application, et qui doit être transmise dans le quart d'heure qui suit. Ce ne fut pas le cas pour Nice. Les gens ont exprimé leur colère.

Une convocation au ministère de l'Intérieur

Le prestataire qui a développé l'application, Deveryware, est convoqué au ministère de l'Intérieur à 15 heures pour s'expliquer. Il ne va pas passer un bon moment...

Il est 01:18. Pierre Seiller constate que l'application est une guerre en retard

L'alerte est enfin lancée. Mais il est 01:50. Trop tard, gros bug

Soit 400.000 euros pour rien...

Les gens se demandent si cette application est vraiment utile...

Facebook est clairement plus réactif

Ouille ouille ouille, ça va barder pour le prestataire de l'application

Source: Le Monde et Libération

Lisez aussi sur l'attentat de Nice