POLÉMIQUE: Justin Timberlake a pompé la culture black mais il n'a jamais rien fait pour les Afro-Américains

Le rappeur Vic Mensa a relancé la polémique sur l'appropriation culturelle et cette fois, c'est Justin Timberlake qui en prend plein la gueule. Le chanteur s'est senti ému par un discours de l'acteur Jess Williams. Un journaliste lui a reproché une certaine hypocrisie. Timberlake a répondu qu'on était tous les mêmes. Ce qui est très mal passé. Du coup, Mensa lui a reproché d'avoir pompé la culture afro-américaine et de n'avoir jamais rien fait pour les minorités afro-américaines. Explications.

Discours de Jess Williams

Tout a commencé dimanche lors des BET Awards 2016. L'acteur Jess Williams (Grey's Anatomy) a reçu un prix pour son travail humanitaire. À cette occasion, Williams a fait un discours poignant sur l'appropriation culturelle. Un discours que Justin Timberlake a tant apprécié qu'il a tweeté "Jesse Williams m'inspire". Et c'est là qu'ont commencé ses ennuis.

Réaction d'Ernest Owens

De nombreux internautes ont reproché à l'ex-chanteur des N-Sync une certain hypocrisie: Timberlake n'aime pas l'appropriation culturelle mais il est le premier à le faire. Le journaliste et écrivain Afro-Américain Ernest Owens lui a alors répondu: "Cela signifie que tu vas arrêter de t'approprier notre musique et notre culture? Et t'excuser pour Janet aussi." Avec Janet, il faisait référence au scandale du Nipplegate: au SuperBowl de 2014, la chorégraphie foireuse de Timberlake et Janet Jackson avait dévoilé par accident le téton de la chanteuse... L'Amérique avait été choquée.

Timberlake fait son condescendant

Timberlake lui a répondu avec condescendance: "Oh, mon âme fragile. Plus tu réaliseras qu'on est les mêmes, plus on pourra avoir une conversation. Salut." Mais ça, Timbie n'aurait pas du le dire. Surtout quand on est un chanteur avec des white privileges comme lui. Parce que les questions des privilèges de blancs et de cultures noires sont de vraies questions et pas de simples idées qu'on peut balayer d'une simple remarque alter-mondialiste du genre: "On est tous pareil."

Pour Vic Mensa, Justin ne se mouille pas

Sur le plateau du Nightly Show de Larry Wilmore, le rappeur Vic Mensa est revenu sur cette polémique. Il a expliqué que Timberlake s'était approprié des pas de danses, des façons de chanter et de s'habiller propre à la culture afro-américaine.

En remontant le fil Twitter de Timberlake, il n'y a trouvé aucune référence aux nombreuses luttes afro-américaines de ces dernières années. Et pourtant, ce n'est pas ce qui manque. Entre les inégalités carcérales, les meurtres de noirs par des policiers (#BlackLivesMatter) et le problème de l'eau à Flint (Chicago), les causes ne manquent pas. Mais Timberlake ne se mouille jamais pour la cause afro.

"Si vous remontez le fil Twitter de Justin Timberlake de ces deux dernières années, comme je viens de le faire, vous ne voyez aucun soutien envers les Noirs dans les moments difficiles ou quand il y a une lutte. Avec tout ce qui se passe et tous ces gens qui ont été tués par la police devant des caméra ces deux dernières années, il n'y a pas un seul "#BlackLivesMatter", un "prier pour Baltimore", "prier pour Flint", parce que c'est un sujet dangereux pour lui."

Miley Cyrus, Elvis Presley...

Par la suite, Vic Mensa est revenu sur ses paroles, expliquant qu'il ne voulait pas détruire Justin Timberlake mais juste expliquer l'idée de l'appropriation culturelle. Ce concept remonte à loin: Elvis Presley, par exemple, est accusé d'avoir tout pompé à la culture black. Miley Cyrus aussi. Et dans une société encore très inégalitaire envers les minorités dites de couleur (hispaniques, afro, asiatiques), il vaut mieux éviter les maladresses comme Justin Timberlake. Surtout quand on se fait des millions en pompant la culture des autres.

Déjà lu?