Doel 1 et 2: on est (presque) repartis jusque 2025

C'est au coeur de la nuit que la Chambre a tranché, après un débat tumultueux: Doel 1 et Doel 2 sont prolongés jusque 2025. Chaque année, Engie Electrabel devrait s'acquitter de vingt millions d'euros. Mais la ministre de l'Énergie, Marie-Christine Marghem (MR), n'est pas encore au bout de ses peines avec ce feu vert de la Chambre: tout n'est pas joué. Et Jean-Marc Nollet pense déjà aux recours juridiques qui pourraient entrer en jeu, nous a-t-il dit ce matin.

Des heures de débat houleux, la séance suspendue, reprise: c'est vers minuit que la Chambre a fini par voter, majorité contre opposition. Verdict: Les centrales de Doel 1 et Doel 2 seront prolongées jusque 2025. Ce qui a été voté, exactement, c'est le projet de loi qui concerne la redevance à verser à l'État belge pour la prolongation des deux centrales. Chaque année donc, Engie Electrabel s'acquittera de vingt millions d'euros. Cette somme sera consacrée à un Fonds qui vise à préparer la transition énergétique.

Une séance "au finish"

On a failli croire que la séance ne se terminerait jamais. Mais les députés étaient décidés, ce serait "au finish". En cours de séance, Jean-Marc Nollet (Ecolo Groen), a sorti de son chapeau un rapport de l'Agence internationale pour l'Énergie atomique. Celui-ci datait du mois de février. Une équipe était alors venue voir Doel pendant quelques jours, en avait souligné les aspects positifs (le personnel était "ouvert" par exemple) mais aussi des points d'amélioration. "Ce rapport, Marie-Christine Marghem (MR) dit maintenant l'avoir depuis des mois, mais elle n'a donc pas voulu le partager" (...) "Et si on le lit, on comprend pourquoi" a pointé Kristof Calvo (Groen). "Pas question qu'on laisse passer ça".

La séance a été suspendue. Puis elle a repris son cours. Les répliques ont volé. Et, au bout de la nuit, le vote a eu lieu: la majorité l'a emporté sur l'opposition.

Et BAM

Marie-Christine Marghem a déclaré ce matin au micro de Martin Buxant, sur Bel RTL que "l'opposition est hystérique et de mauvaise foi, c'est encore la même chose". Et elle a répliqué que le fameux document en question n'était que "semi-nouveau". De son côté, Jean-Marc Nollet nous a dit ce matin n'avoir eu accès au document que "20 minutes avant la séance, d'ailleurs je suis arrivé avec mon ordinateur, même pas eu le temps de l'imprimer, vous voyez bien." Et pour Jean-Marc Nollet, "Elle pense qu'elle va gagner parce qu'elle a Electrabel derrière elle". Mais il compte sur les recours juridiques qui pourraient entrer en jeu, "maintenant que nous avons fait notre boulot et passé la main".

Seraient-ce là les fins mots de l'histoire? Non, pas encore: d'ici le 31 juillet, il reste encore un texte à voter, qui concerne la captation de cette rente énergétique par l’État belge. Et d'ici-là, le prochain grand rendez-vous, c'est le jeudi qui vient: là, ce sera entre autres l'aspect européen du texte qui sera envisagé. L'arrangement entre Engie Electrabel et l'État belge aurait-il des allures d'aides d'État? La Commission européenne n'apprécierait alors sans doute pas trop...

Sources: Le Soir, De Morgen

Lisez aussi