À Anvers, il n'y a pas que des flics ripoux: il y a aussi des flics racistes et personne ne les a jamais dénoncés

Et encore une sale affaire pour la police d'Anvers. Après les policiers ripoux, il y a désormais les policiers racistes. Le comité P a enquêté sur des faits racistes de la part d'une minorité de flics qui ne seraient pas dénoncés, ni rappelés à l'ordre par leur hiérarchie malgré leurs débordements qui durent depuis trop longtemps. Le comité P. a du coup apporté ses recomandations à la police d'Anvers pour régler ce problème dans se rangs.

Pour le Comité P., il est impossible que le racisme interne soit passé inaperçu au sein de la police d'Anvers: il dure depuis trop longtemps. Une enquête a été menée depuis 2014 concernant des faits racistes. Et le rapport qui en découle est particulièrement saignant, révèle la Gazet van Antwerpen.

Discrimination et harcèlement racial

On parle quand même ici de discrimination ou d'histoires de harcèlement racial: des actes graves qui auraient eu lieu au sein même des forces de police d'Anvers. Selon le Comité P., seule une minorité de flics est concernée.

Mais une "culture du silence" sur ces actes racistes est dénoncée. Les agents ne signalent par les actes racistes de certains de leurs collègues par crainte de représailles. Tandis que la hiérarchie ferme les yeux sur ces actes très grave et ne sanctionne pas les flics coupables d'actes racistes.

Lutte contre la discrimination et le racisme

Un rapport alarmant avait déjà été rédigé en 2010, mais peu de mesures concrètes auraient été prises par le précédent commandement du corps. Serge Muyters, actuel chef de la police, a avoué qu'un "pas de géant" était nécessaire pour faire changer les choses et faire évoluer la politique de diversité.

Le Comité P. a demandé à la police d'Anvers d'instaurer rapidement une politique de lutte contre la discrimination et le racisme dans ses rangs. Une campagne pour encourager les agents à dénoncer les actes racistes de leurs collègues dont ils sont témoins est prévue en mai.

C'est toujours mieux que rien, mais ça semble bien léger pour l'instant.

Source: Gazet van Antwerpen

Déjà lu?