Aux USA, le gaz naturel s'appelle maintenant le "gaz de la liberté" 

Les USA n'exportent plus du gaz naturel. Ils exportent de "la liberté sous forme de gaz naturel liquéfié". 

L'avortement? Pas une grande priorité pour les états-unis. Par contre, renommer le gaz naturel, cette source d'énergie thermique trouvable dans certaines roches poreuses, en "gaz de la liberté" ou "freedom gas", c'est quand même important.

Non, ce n'est pas une blague

On ne sait pas trop pourquoi le gaz naturel représente la liberté des Etats-Unis, mais depuis quelques temps, le ministère de l'énergie américain a tendance à l'appeler ainsi. Un peu plus tôt ce mois-ci, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le secrétaire à l'énergie Rick Perry avait d'ailleurs déclaré aux journalistes que "Les Etats Unis délivraient une nouvelle fois une forme de liberté au continent européen. Et plutôt qu'elle prenne la forme de soldats américains, elle a pris celle du gaz naturel liquéfié". Ok Rick. D'accord.

On veut pas trop s'avancer, mais il est possible que le gouvernement Trump, notoirement climato-sceptique, souhaite redorer un poil l'image du gaz naturel. Peut-être pas de la manière la plus subtile, mais sans doute la plus cliché.

Molécules de liberté américaine

Une annonce qui n'a pas eu un succès unanime. Le gouverneur démocrate de l'état de Washington, Jay Inslee, a d'ailleurs réagi à la nouvelle en disant sur twitter: "Gaz de la liberté? La liberté c'est en général agréable, mais la liberté de l'air frais, de forêts en bonne santé qui ne sont pas en feu, et la liberté du monde que nous connaissons et chérissons n'est pas ce qu'il semble être recherché."

Mais il est trop tard pour arrêter le train en marche. Pour l'administration Trump, le gaz naturel n'est plus une énergie fossile composée de méthane à 95%, de propane, de butane et de pentane et dont l'extraction peut entrainer des conséquences climatiques sur l'effet de serre ainsi que des explosions, des incendies ou des effondrements, mais bien un symbole composé à 100% de "molécules de liberté américaine". Oui, c'est bel et bien une citation.

Déjà lu?