En Ligue 1, plusieurs capitaines ont refusé de porter un brassard arc-en-ciel

La lutte contre l'homophobie a encore pas mal de chemin à parcourir. Les mentalités ont du mal à évoluer comme en témoigne la 3e et avant-dernière journée de Ligue 1. Ils sont jusqu'à 9 joueurs à avoir refusé ou "oublié" de porter un brassard arc-en-ciel durant tout le match.

“Le brassard ne tenait pas bien”, explique Valentin Rongier, capitaine du FC Nantes. “J’ai dû l’enlever au bout de 20 minutes". Comme lui, Edison Cavani s'est séparé de son brassard à la mi-temps. Ils sont 9 joueurs en tout à ne pas avoir porté le brassard arc-en-ciel pour montrer leur solidarité vis-à-vis de la lutte contre l'homophobie sur toute une rencontre.

Falcao, joueur de Monaco, a refusé de le porter et l'a refilé à Jardim, son entraîneur, qui a botté en touche: “Je le portais moi. L’important, c’est que quelqu’un du club porte le brassard et applique ce qui est demandé par la Ligue.”

Le Dijonais Wesley Lautoa a retiré lui aussi son signe distinctif de capitaine en cours de rencontre. Que ce soit pour des raisons politiques, religieuses ou par simple oubli ou déconfort, le Marseillais Dimitri Payet a mis son brassard classique au-dessus de l'arc-en-ciel, comme le Toulousain Max-Alain Gradel. Les Lyonnais Lopes et Marcelo, habituels capitaines en l'absence de Fékir, ont refusé de le porter et l'ont donné à Jérémy Morel. Enfin, le Caennais Fayçal Fajr ne l'a pas du tout porté. Une source proche parle d'un "oubli".

Déjà lu?