Malgré les scandales de corruption, Bibi devrait décrocher un 5e mandat de Premier ministre

C'est maintenant presque acté. Benjamin Nétanyahou semble le mieux placé pour former une coalition de gouvernement de droite. Il devrait donc décrocher un 5e mandat de Premier ministre pour une 4e victoire consécutive. Mais Bibi n'est pas sorti d'affaire pour autant.

Comme en Belgique, Israël est une démocratie parlementaire. Les différents partis doivent s'entendre sur une coalition pour former une majorité et déterminer le nom du Premier ministre. 6,3 millions d'électeurs étaient amenés à se prononcer pour élire 120 députés et l'issue du vote a été incertaine comme rarement.

Mais d'après la plupart des médias israéliens, le parti de Benjamin Nétanyahou, le Likoud, est doté d'autant de sièges voire un peu plus que la liste Bleu-blanc de son rival, Benny Gatz. Les projections les plus évidentes envisagent une coalition de droite qui permettrait à Nétanyahou de compter 65 sièges sur 120 à la Knesset, le Parlement israélien. La gauche, de son côté, est laminée. Le Parti travailliste est crédité de 6 malheureux sièges.

10 ans que Bibi règne sans discontinuité. 10 ans qu'il applique sa politique ferme, notamment vis-à-vis des Palestiniens et malgré les pressions internationales. Mais c'est sur le plan intérieur que le sans doute futur Premier ministre devra se méfier. Une inculpation pour corruption pend au-dessus de sa tête. Elle devrait empoisonner le début de son nouveau mandat.

3 affaires

Le procureur général le soupçonne de fraude et abus de confiance dans trois affaires de dons reçus par des milliardaires, d'échanges de bons procédés entre gouvernants et patrons, et enfin de tentatives de collusion avec la presse. Une audition devrait intervenir d'ici le 10 juillet. Mais le plus délicat dans ce genre de dossiers est de trouver des preuves tangibles. Netanyahou dénonce de son côté "une chasse aux sorcières" et sort renforcé politiquement du scrutin.

Sur le plan international, la solution à deux États avec les Palestiniens a du plomb dans l'aile. En fin de campagne, Bibi se disait prêt à annexer les territoires palestiniens en Cisjordanie au mépris d'un consensus international sur la question. Des territoires occupés depuis 50 ans par les colons israéliens. Leur annexion ne pourra faire que tendre les relations entre les deux communautés.

Déjà lu?