Maxime Prévot (cdH) se dédouble en hologramme ce samedi pour relancer la machine

Période de crise ou pas, nous avons retrouvé un Maxime Prévot survitaminé à quelques heures du congrès qu'il doit tenir à Bruxelles... et à Namur. Le président du cdH va en effet se dédoubler en hologramme, une première en Belgique. Le mot d'ordre: se recentrer autour des valeurs humanistes et aller de l'avant.

La Wallonie ou Bruxelles? Tel est le dilemme auquel doivent faire face nos partis politiques pour toucher leur public durant la campagne électorale. Du côté du cdH, malgré les gros contretemps, on ne fait pas de jaloux. Maxime Prévot va se dédoubler en hologramme depuis la capitale pour atteindre la citadelle.

Maxime Prévot, philosophe

Le président des humanistes est bien conscient des tumultes que traverse son parti. Mais son séjour en Laponie aura eu le mérite de le rendre plus philosophe, moins fataliste: "Vous savez, les gens sont confrontés à des bien plus graves problèmes que je ne le suis en tant que président de parti. J'ai moi-même un parcours de vie qui m'a poussé à aller de l'avant, à être créatif, à être entreprenant."

Maxime Prévot veut passer à autre chose: "Il ne reste que quelques semaines de campagne et j'espère que l'on va enfin pouvoir mettre à l'agenda des projets, des idées." Mais quelles sont-elles justement? Sans pouvoir vous dévoiler le discours que tiendra Maxime Prévot ce midi à Bruxelles, et son double à Namur Expo, on perçoit un désir de rassemblement, centré autour de valeurs humanistes.

Vaste mot, qui englobe toutefois quelques éléments clés: respect, réalisme, le cdH ne compte pas promettre la gratuité des transports en commun façon Ecolo/PS ou le rejet de l'autre façon N-VA/VB. En bon parti centriste, le cdH veut créer du lien. Entre jeunes et seniors, entre Wallons et Flamands. Le mot multiculturalisme a même été lâché.

Des difficultés reconnues

Voilà pour la dynamique. Mais Maxime Prévot ne nie pas pour autant les problèmes rencontrés par son parti. Au sujet de Dimitri Fourny (cdH), soupçonné de fraude électorale, le président du cdH voit dans les propos du bourgmestre de Neufchâteau une ligne de défense "peu élégante vis à vis des mandataires qui s'impliquent". Pour lui, ce genre de situations "n'est certainement pas une généralité ailleurs". Voilà pour la clarification.

Et quant à Joëlle Milquet, qui fait face à de nouvelles accusations dans un article du Vif, Maxime Prévot n'y voit rien de nouveau justement: "Certains éléments sont maintenant révélés au grand public, mais il n'y a rien de neuf sous le soleil. Après, il est sûr que, tant sur le plan humain que politique, ce sont des épisodes dont on se serait bien passé."

Des accusations qui ne sont pas liées au départ de Joëlle Milquet donc? "Non, elle a toujours développé une grande foi dans la cause européenne et elle a eu la possibilité de retrouver ses premiers amours. Je pense personnellement qu'elle avait aussi envie de tourner une page, parce qu'il s'agit d'une femme blessée, on peut le comprendre, et les tumultes connus par Dimitri Fourny ont sans doute dû raviver quelques souvenirs. Elle a probablement dû saisir cette opportunité autant avec envie qu'avec soulagement."

Tourner la page

Quoi de mieux qu'un hologramme, une première en Belgique au niveau politique, pour relancer la machine, pour tourner la page. Pour cela, le cdH a collaboré avec une start-up bruxelloise, dont l'une des spécialités est la reproduction en 3D d'une image bien réelle.

NTTRB a déjà connu pas mal de succès. Son dernier projet a été réalisé avec le groupe automobile d'Ieteren et l'entreprise compte quelques collaborations avec de grandes multinationales. L'expert en hologramme nous a également fait part d'un projet commun avec le Futuroscope et Microsoft, rien que ça. Sans compter un autre projet, d'envergure planétaire, mais dont on ne peut pas encore vous parler.

De quoi s'enthousiasmer pour Maxime Prévot: "Ce petit clin d'oeil de l'hologramme est là pour prouver ma foi dans les nouvelles technologiques. J'ai d'ailleurs fait une spécialisation en droit des nouvelles technologies quand j'étais plus jeune, et j'ai toujours été très sensible à ça."

Le président du cdH est particulièrement loquace sur cette thématique: "Je pense que cette révolution digitale, qui est un véritable tsunami, ce sont des opportunités que l'on doit saisir. On a des PME extraordinaires dans l'espace francophone. Soutenons-les et créons des opportunités."

Reste à convaincre militants et électeurs. Ça se passe dès 12h depuis la Wild Gallery à Bruxelles, jusqu'à Namur Expo et son hologramme.

Déjà lu?