Franc Dubosc l'assure: entre lui et les Gilets Jaunes, "tout s'est arrangé"

Entre Franck Dubosc et les Gilets Jaunes, il semble que l'heure soit à la réconciliation. Après avoir critiqué le mouvement de revendication français, l'acteur avait été particulièrement critiqué. Il est revenu sur cet épisode samedi soir durant l'émission Salut Les Terriens.

Lorsque les revendications des Gilets Jaunes ont commencé à se faire entendre en novembre 2018, Franck Dubosc a été l'une des premières célébrités à affirmer son soutien au mouvement populaire. Mais quelques semaines plus tard, suite aux violences perpétrées durant les actes de manifestation, l'acteur et humoriste français a préféré se distancier de ces manifestants "trop hargneux" et "trop haineux" à son goût.

Ce retournement de gilet lui a valu de fortes critiques de la part du mouvement. Sur les réseaux sociaux, l'interprète de Patrick s'est fait sérieusement lyncher. Trois mois après, la polémique semble s'être tassée. Dubosc est à nouveau solidaire avec "les vrais [gilets jaunes], pas ceux que j'avais quittés", comme il l'expliquait samedi soir sur le plateau de l'émission Salut les Terriens, sur C8.

Sujet douloureux

La polémique, Dubosc n'était pas hyper chaud pour en parler. Mais c'était sans compter sur la pugnacité de Thierry Ardisson. "Je vais vous dire, votre attachée de presse m’a appelé en me disant "surtout ne lui parle pas des gilets jaunes" et moi je ne m’appelle pas Michel Drucker", explique le présentateur avant de lui faire un singulier compliment.

"Moi je crois que vous avez réalisé deux choses dans cette affaire. La première : vous êtes avant tout là pour faire rire les gens et pas pour donner votre avis sur la politique, un peu comme François Hollande, c'est ce qui vous rapproche de François Hollande. Et la deuxième, je vous prie de le croire : vous avez fait bien plus pour la France d’en bas en vous trimbalant en slip de bain dans Camping qu’en prenant frontalement position."

Figurine

L'humoriste a précisé avoir été à la rencontre d'un grand nombre de Gilets Jaunes. Et d'en avoir distingué deux sortes: ceux qu'il avait aimés au début et ceux qui font de la casse. "On s'est parlé beaucoup. Tout s'est arrangé", affirme-t-il. Pour appuyer son propos, il a sorti une figurine offerte par les manifestants: un Gilet Jaune. "Ils m'ont offert ça pour une raison bien précise que seuls eux connaissent et que vous ne connaîtrez pas", a-t-il enchaîné.

Et Ardisson de conclure par: "D'accord, on ne parle plus des Gilets Jaunes. Quelle est votre position sur le conflit israélo-palestinien?"

Déjà lu?